Connectez-vous

Présentation de la Nouvelle-Calédonie : un peu d'histoire

Lundi 5 Mars 2012

On estime que les premiers habitants de la Nouvelle-Calédonie parvinrent sur cette île voici environ 3000 ans. De mystérieux pétrographes, trouvés sur la Grande Terre et les îles, portent certains historiens à croire que cette occupation serait plus ancienne encore.



Des Lapitas aux guerres mondiales

Présentation de la Nouvelle-Calédonie : un peu d'histoire
Tous s'accordent sur le fait que les anciens de ces premiers calédoniens, arrivés par pirogues et apportent avec eux l'art de l'horticulture et la civilisation de l'igname et du taro, étant originaires d'Asie du Sud-Est et de Nouvelle-Guinée.
 
De ces premiers mélanésiens, il ne reste que quelques vestiges sous forme de poteries lapita ( nom du lieu où ont été découvert les premiers tessons de poteries, sur la plage de Foué, à Koné).
 
On estime que, lorsque le capitaine James Cook découvrit, à bord du navire Résolution, la passe de Ballade le 5 septembre 1774, la Nouvelle-Calédonie comptait environ 50 000 d'habitants. Le découvreur de cette terre jusque là inconnue des atlas et mappemonde européens la baptisât New-Caledonia, en souvenir de l'Ecosse de ses ancêtres.
 
La Pérouse reconnut côte occidentale en 1788, avec ses navires la Boussole et l'Astrolabe. Il fallut attendre 1792 pour que le chevalier d'Entrecasteaux entreprît l'exploration systématique de la Grande Terre, avant que Dumont d'Urville ne parvînt, en 1827, à cartographier les îles Loyauté.
 
Blackbirders - chasseurs de mains d'œuvres pour les plantations australiennes, trafiquants de bois de santals et baleiniers, suivirent bientôt les découvertes.
 
Au milieu du XIXème siècle, missionnaires catholiques et protestants se livrèrent à un prosélytisme concurrent pour découvrir les peuples de la Nouvelle-Calédonie: les teachers, catéchistes protestants affiliés à la London Missionary Society, atteignirent l'île des Pins et Maré vers 1840, peu avant les missionnaires catholiques qui, sous la direction de Mgr Douarre, arrivé en 1843, fondèrent la mission de Puebo en 1847.
 
Au milieu du XIXème siècle, la France impériale se préoccupait de trouver une colonie pénitentiaire, à la l'exemple de la Grande-Bretagne avec l'Australie. Le 24 septembre 1853, l'Amiral Febvrier-Despointes fit hisser les couleurs françaises à Ballade, en laissant au capitaine du vaisseau Tardy de Montarvel le soin de cette nouvelle colonie. Ce dernier fonda Port-de-France, rebaptisée Nouméa en 1866.
 
Les premiers convois de transportés partirent : de 1864 à 1897, 22 000 personnes furent envoyées vers la Nouvelle-Calédonie. Les premiers communards, parmi lesquels figuraient Louise Michel et Henri Rochefort, débarquèrent à l'île des Pins en 1872.
 
Face à la politique d'assimilation du gouverneur Guillain, qui encouragea le métissage pour former "une nouvelle humanité, assimilée à la famille universelle", les premiers vents de révoltes commencèrent à souffler. En 1872 éclata une véritable insurrection dans le centre de la Grande Terre, conduite par le grand chef Ataï. Près d'un millier de mélanésiens et deux cents européens furent tués. Une autre grande révolte en 1917 a marquée les relations entre les communautés.
 
L'ingénieur Jules Garnier découvrit en 1864 le nickel, minerai qui devait faire la richesse de la Nouvelle-Calédonie. L'Irlandais Higginson et le Hollandais Hanckar firent fortune en ouvrant des mines à Houaïlou et Kouaoua. En mai 1880, ils fondèrent avec Garnier la Société le Nickel. Tonkinous, Japonais et Javanais furent de plus en nombreux à s'installer en Nouvelle-Calédonie, attirés par les emplois du secteur minier.
 
Le développement agricole n'était pas en reste. A partir de 1894, le gouverneur Feuillet, visionnaire, fit venir des colons à qui il distribua 25 000 ha de terres au par avant incluses dans le domaine pénitentiaire. Plus de cinq cent familles s'installèrent alors sur la Grande Terre et furent à l'origine de la fondation de nombreux villages, comme Farino, Voh ou Sarraméa.
 
Les deux guerres mondiales n'épargnèrent pas les Calédoniens qui participèrent à l'effort national : pendant la Première guerre mondiale, ils fournirent un contingent de 2170 hommes au bataillon du Pacifique, et un quart d'entre eux restèrent sur le champs d'honneur; dès 1940, la Nouvelle-Calédonie rallia la France libre, et le bataillon du pacifique, réformé, partit pour les fronts d'Afrique du nord et d'Europe. La Seconde guerre mondiale vit également, après Pearl Harbour, une importante présence militaire américaine: en marres 1942, l'armée Américaine s'établit à Nouméa, qui lui servit de "porte-avion" dans la guerre du Pacifique. En trois ans, plus d'un million d'Américains transitèrent par la Grande Terre.
 

Les temps modernes

Présentation de la Nouvelle-Calédonie : un peu d'histoire
A la fin de la Seconde guerre mondiale, le code de l'indigénat, qui régissait le statut des Mélanésiens, fut aboli, avant qu'en 1956 la loi-cadre Defferre n'instituât la catégorie de "territoire d'outre-mer", dans laquelle entra la Nouvelle-Calédonie. Ce nouveau statut accordait au Territoire une large autonomie, tandis que son exécutif, le Conseil de gouvernement présidé par un Haut-commissaire de la république, bénéficiait d'importants pouvoirs. La grande force politique de cette après était une alliance pluriethnique et autonomiste, l'Union calédonienne qui, dès sa formation en 1953, adopta le mot d'ordre "Deux couleurs, un seul peuple".

Dans les années soixante et soixante-dix, le consensus perdu du terrain: sur fond de boom puis de crise du nickel, et alors que de nouveaux arrivants, essentiellement Néo-Hébridais et Wallisiens, s'installaient sur le Territoire, nombreux furent ceux qui se radicalisèrent, tant parmi les Européens que parmi les Mélanésiens, chez qui l'idée indépendance faisait son chemin. De 1977 à 1979, anti indépendantistes et indépendantistes structurèrent leurs mouvement respectifs, , autour du Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR) de Jacques Lafleur et du Front indépendantiste, qui préfigurait le Front de libération national kanak et socialiste (FLNKS), créée en août 1984 et animé par Jean-Marie Tjibaou.
 
Ces tension, de plus en plus ouvertes, déboucher sur la grave crise de 1984-1985 qui exigea la mise en place de l'état d'urgence. Une série de plans et de statue se succédèrent, sans pour autant permettre à la Nouvelle-Calédonie de renouer avec la concorde. En 1987 84% de Mélanésiens répondirent par une abstention synonyme de boycotta référendum d'autodétermination organisé le 13 septembre. La tension monta brusquement, et la prise en otages, au printemps 1988, sur l'île d'Ouvéa, de vingt-sept gendarmes par les indépendantistes se solda par un terrible bilan: quatre gendarmes deux militaires et dix-neuf indépendantistes trouvèrent la mort.
 
Une mission chargée de rétablir le dialogue, emmenée par Christian BLANC, permit alors de trouver la voie d'une sortie de crise: le 26 Juin 1988, Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou conclurent les accords de Matignon, approuvés par un référendum national le 7 novembre 1988. Le nouveau statut, qui prévoyait l'organisation d'un référendum d'autodétermination au terme de dix ans, ne signifia pas l'arrêt immédiat de la violence: le 4 mai 1989, lors de la cérémonie de levée de deuil des dix-neuf morts kanak du drame d'Ouvéa, les deux principaux dirigeants indépendantiste Jean-Marie Tjibaou et Yeiwéné, étaient assassinés par un militant extrémiste.   
 
L'accord de Nouméa signé le 5 mai 1989 organise, pour une durée de quinze a vingt ans, le statut de la Nouvelle-Calédonie, qui sort de la catégorie des territoires d'outre-mer et est dotée d'institution politiques propres - le Congrès, le Gouvernement, le Sénat coutumier et le conseil économique et social. Au 1er janvier 2000, l'exécutif a été transféré au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, quiets devenu compétent dans de nouveaux domaines auparavant du ressort de l'Etat: ces transferts de compétences, organisés de manière progressive, sont irréversible.
 
L'Accord de Nouméa prévoit en outre que, entre 2014 et 2018, une consultation électorale sera organisée en Nouvelle-Calédonie. Celle-ci portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l'accès à un statut international de pleine responsabilité et l'organisation de la citoyenneté en nationalité. Dans les années soixante et soixante-dix, le consensus perdu du terrain: sur fond de boom puis de crise du nickel, et alors que de nouveaux arrivants, essentiellement Néo-Hébridais et Wallisiens, s'installaient sur le Territoire, nombreux furent ceux qui se radicalisèrent, tant parmi les Européens que parmi les Mélanésiens, chez qui l'idée indépendance faisait son chemin. De 1977 à 1979, anti indépendantistes et indépendantistes structurèrent leurs mouvement respectifs, , autour du Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR) de Jacques Lafleur et du Front indépendantiste, qui préfigurait le Front de libération national kanak et socialiste (FLNKS), créée en août 1984 et animé par Jean-Marie Tjibaou.
 
Ces tension, de plus en plus ouvertes, déboucher sur la grave crise de 1984-1985 qui exigea la mise en place de l'état d'urgence. Une série de plans et de statue se succédèrent, sans pour autant permettre à la Nouvelle-Calédonie de renouer avec la concorde. En 1987 84% de Mélanésiens répondirent par une abstention synonyme de boycotta référendum d'autodétermination organisé le 13 septembre. La tension monta brusquement, et la prise en otages, au printemps 1988, sur l'île d'Ouvéa, de vingt-sept gendarmes par les indépendantistes se solda par un terrible bilan: quatre gendarmes deux militaires et dix-neuf indépendantistes trouvèrent la mort.
 
Une mission chargée de rétablir le dialogue, emmenée par Christian BLANC, permit alors de trouver la voie d'une sortie de crise: le 26 Juin 1988, Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou conclurent les accords de Matignon, approuvés par un référendum national le 7 novembre 1988. Le nouveau statut, qui prévoyait l'organisation d'un référendum d'autodétermination au terme de dix ans, ne signifia pas l'arrêt immédiat de la violence: le 4 mai 1989, lors de la cérémonie de levée de deuil des dix-neuf morts kanak du drame d'Ouvéa, les deux principaux dirigeants indépendantiste Jean-Marie Tjibaou et Yeiwéné, étaient assassinés par un militant extrémiste.   
 
L'accord de Nouméa signé le 5 mai 1989 organise, pour une durée de quinze a vingt ans, le statut de la Nouvelle-Calédonie, qui sort de la catégorie des territoires d'outre-mer et est dotée d'institution politiques propres - le Congrès, le Gouvernement, le Sénat coutumier et le conseil économique et social. Au 1er janvier 2000, l'exécutif a été transféré au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, quiets devenu compétent dans de nouveaux domaines auparavant du ressort de l'Etat: ces transferts de compétences, organisés de manière progressive, sont irréversible.
 
L'Accord de Nouméa prévoit en outre que, entre 2014 et 2018, une consultation électorale sera organisée en Nouvelle-Calédonie. Celle-ci portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l'accès à un statut international de pleine responsabilité et l'organisation de la citoyenneté en nationalité. 

L'organisation

Présentation de la Nouvelle-Calédonie : un peu d'histoire
- 33 communes
 
- 3 Assemblées de Province : 76 membres au total
 
- Province Nord : 22 membres
 
- Province Sud : 40 membres
 
- Provinces Iles Loyauté : 14 membres
 
- 1 gouvernement composé de 11 membres présidé par Harold MARTIN
 
- 1 Congrès composé de 54 membres présidé par Gaël YANNO
 
- 1 Conseil Economique et Social composé de 39 membres présidé par  Yves TISSANDIER
 
- 1 Sénat Coutumier composé de 16 sénateurs représentant les 8 aires coutumières présidé par Paul Vakié, aire Djubéa-Kaponé
 
- 2 circonscriptions électorales législatives - 2 députés :
Sonia LAGARDE
Philippe GOMES
 
- 1 député européen : Maurice PONGA
 
- 2 circonscriptions sénatoriales :
Pierre FROGIER
Hliarion VENDÉGOU


Pour en savoir plus sur les trois provinces :

Téléchargements présentations

Haut-Commissariat de la République



Dans la même rubrique :

Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations