Connectez-vous

Politique foncière et dynamiques coutumières en Nouvelle-Calédonie et dans le Pacifique

Mardi 21 Juin 2016

L’IRD et le GIE Océanide publient un livre intitulé « Politique foncière et dynamiques coutumières en Nouvelle-Calédonie et dans le Pacifique » coédité par la Province Nord. L’ouvrage présente les résultats d’un projet de recherche piloté par la Province Nord et l’Agence Française pour le Développement en partenariat avec l’Institut Agronomique Calédonien.



Politique foncière et dynamiques coutumières en Nouvelle-Calédonie  et dans le Pacifique

 
La signature de l’Accord de Nouméa en 1998 a posé les bases d’une décolonisation négociée de la Nouvelle-Calédonie et organisé le processus de transfert de compétences. Ce texte politique original a fait de la question foncière une des problématiques d’avenir majeures. Or, les objectifs affichés, comme l’élaboration d’un « cadastre coutumier » ou le transfert à la Nouvelle-Calédonie  de l’Agence de développement rural et d’aménagement foncier, ne sont pour l’instant pas traduits en action publique. Malgré les réelles avancées de la réforme foncière visant le rééquilibrage en direction de la population kanak, la formulation d’une politique foncière calédonienne contemporaine tarde à se faire jour. L’aménagement et le développement des terres coutumières sont traités au coup par coup pour répondre à des projets de développement économique, mais leur insertion dans une stratégie englobant l’ensemble du territoire calédonien reste absente.
 
L’étude menée depuis 2011 sur le terrain vise à répondre de manière concrète à quelques questions clé afin d’éclairer les différents acteurs concernés : que se passe-t-il concrètement sur les terres coutumières en Nouvelle-Calédonie, et en particulier en province Nord ? Quelles sont les dynamiques et innovations qui émergent des pratiques des acteurs locaux ? Comment évaluer les succès et les échecs des initiatives sur terres coutumières ? Comment les voisins de la Nouvelle-Calédonie : Vanuatu, Fidji et la Nouvelle-Zélande, aux trajectoires historiques différentes, gèrent la question des terres coutumières ? Comment évolue leur politique foncière et quels sont les enseignements à en tirer pour la Nouvelle- Calédonie ?
 
Aucune recette ne peut répondre aux enjeux multiples et complexes de la question foncière en Nouvelle-Calédonie : c’est une affaire de choix politique. La mobilisation de sciences sociales ancrées dans les réalités du terrain apporte toutefois une compréhension fine des dynamiques foncières et des processus à l’œuvre et permet de poser des pistes de travail sérieuses.
 
Il faut enfin souligner la dimension collective et régionale du projet, qui a su mobiliser des acteurs publics et privés de la recherche et du développement dans le cadre d’une étude aux finalités opérationnelles et politiques importantes. Cette dimension s’est exprimée à deux niveaux, celui de la province Nord de Nouvelle-Calédonie et celui de l’espace régional océanien. Cette double focale a permis aux chercheurs de donner à leur travail une dimension à la fois très originale et authentique qui devrait être utile tant à la communauté des chercheurs qu’aux décideurs.




Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune