Connectez-vous

Philippe Gomès se refuse à mettre de l’huile sur le feu

Vendredi 25 Juillet 2014

Conférence de presse à la Province en présence des différents membres de Calédonie Ensemble dans les institutions pour faire le point sur les coups de canif de ces derniers jours portés par Harold Martin et Grégoire Bernut pour le FPU sur les positions de Calédonie Ensemble concernant la participation de 51% dans la SLN et le référendum éclairé.
C’est un tout autre Philippe Gomès que la séquence post-électorale nous dévoile. Fini l’image du Président de Calédonie Ensemble, agressif et pourfendeur politicien. C’est un nouvel homme politique qui veut se présenter à la presse et aux calédoniens.
"En signant le Contrat de Gouvernance avec les autres formations politiques de sensibilité non-indépendantistes, nous avons décidé de prendre nos responsabilités: esprit de compromis à l’égard des autres partis politiques non-indépendantistes et esprit d’ouverture à l’égard des indépendantistes”.

Le communiqué de presse précise : " Le temps n’est plus aux attaques incessantes des uns à l’égard des autres, la campagne électorale est terminée, les électeurs se sont exprimés, il nous appartient maintenant de nous rassembler dans le respect de l’identité de chacun pour être à la hauteur des enjeux de l’avenir”.
Plusieurs fois lors de la conférence de presse Philippe Gomès a précisé : l’esprit qui nous anime c’est d’être tolérant le plus longtemps possible. Pendant combien de temps le Président de CE supportera-t-il les coups de griffe de ses “partenaires" du Contrat de Gouvernance. Là est la question.

En tout cas à ce jour, l’agresseur se nomme Harold Martin et Philippe Gomès a donc décider de calmer le jeu et de ne pas déterrer le tamioc, s’offrant ainsi un profil politique de leader rassembleur et constructif.

Déstabilisant, peut-être, pour ces adversaires de la campagne…



Communiqué de presse de Calédonie Ensemble suite à la conférence de presse de Philippe Gomes ce matin (25 juillet 2014)

Philippe Gomes et les leaders de Calédonie Ensemble en conférence de presse
Philippe Gomes et les leaders de Calédonie Ensemble en conférence de presse
Le temps de la campagne électorale est terminé 
Le temps du travail en commun, respectueux de chacun est venu

SUR LES 51% DANS LA SLN
Lors d’une conférence de presse le 23 juillet dernier, les porte-paroles du Front Pour l’Unité ont critiqué de manière violente la position prise de longue date par Calédonie Ensemble sur la question de la montée de la Nouvelle-Calédonie (via la STCPI), au capital de la SLN, que j’avais rappelé le dimanche soir sur le plateau du journal télévisé.
Ils ont notamment indiqué qu’un axe «Gomès/Néaoutyine/Christnacht» essayaient « d’imposer un nouveau préalable minier ».
Calédonie Ensemble a toujours soutenu le fait que la Nouvelle- Calédonie devait prendre le contrôle de ce secteur stratégique, et que dans cette perspective-là, le pays devait détenir, conformément à ce qui avait été prévu lors de la signature de l’Accord de Nouméa 51% du capital de cette société qui possède près de 60% du domaine minier de la Nouvelle- Calédonie. Il y a ni « préalable » ni « axe ». Simplement le rappel d’une position politique fondamentale pour Calédonie Ensemble. Sans aucune attaque à l’égard de quiconque qui ne partagerait pas cette position.
Sur la question du nickel, le Contrat de Gouvernance avait bien indiqué que nous avions entre nous « des divergences sur la stratégie métallurgique et minière à mettre en œuvre ».
 
SUR LE REFERENDUM ECLAIRE
Le jour précédent, Harold MARTIN, sur une radio locale, avait également violemment pris à partie la Ministre de l’Outre-Mer qui aurait exprimé une inclinaison pour le « référendum éclairé » que Calédonie Ensemble propose, au motif que lors de son discours devant le Congrès, elle a insisté sur la nécessité de préparer l’échéance de 2018 en «exprimant, indépendantiste comme non-indépendantiste, la vision que vous avez de la Nouvelle-Calédonie du jour d’après ».
Ces deux attaques en règle de quasiment la seule expression publique de Calédonie Ensemble depuis les élections provinciales ne nous semblent pas conformes à l’esprit du Contrat de Gouvernance Solidaire que nous avons signé le 15 mai dernier au terme duquel « Calédonie Ensemble accepte un partage des responsabilités à la tête des trois principales institutions, ce partage constituant la condition indispensable de la solidarité entre nos formations ».
Ce Contrat de Gouvernance a été signé afin d’assurer « la stabilité politique des institutions du pays dont la majorité est non-indépendantiste », « la mise en œuvre des réformes économiques, fiscales et sociales attendues et l’engagement d’un dialogue constructif entre les indépendantistes, non- indépendantistes et l’Etat pour préparer la sortie de l’Accord de Nouméa ».
L’idée de la Ministre de l’Outre-Mer sur la nécessité d’exprimer « la vision indépendantiste et non-indépendantiste du jour d’après la consultation» nous semble totalement s’inscrire dans cette perspective.
***
En signant le Contrat de Gouvernance avec les autres formations politiques de sensibilité non-indépendantistes, nous avons décidé de prendre nos responsabilités: esprit de compromis à l’égard des autres partis politiques non-indépendantistes et esprit d’ouverture à l’égard des indépendantistes.
La période l’exige : c’est la dernière mandature de l’Accord de Nouméa et nous devons surmonter, ensemble, une échéance majeure.
Calédonie Ensemble n’a pas l’habitude de changer d’avis comme de chemise. Le temps n’est plus aux attaques incessantes des uns à l’égard des autres, la campagne électorale est terminée, les électeurs se sont exprimés, il nous appartient maintenant de nous rassembler dans le respect de l’identité de chacun pour être à la hauteur des enjeux de l’avenir.
Dans cet esprit, Calédonie Ensemble n’entend pas ni participer, ni alimenter, de nouvelles querelles politiciennes.

conference_de_presse_cgs_25072014.pdf CONFERENCE DE PRESSE CGS 25072014.pdf  (437.43 Ko)


Frédéric Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune