Connectez-vous

Philippe Gomès : Refuser la cession à l’Etat d’une action STCPI : un combat inutile

Vendredi 24 Juin 2016

Suite à l'abstention des indépendantistes à la Province Sud aujourd'hui et au voeux que l'Assembée de Province à voté ce soir, Philippe Gomès prend la plume pour dénoncer ce qu'il appelle "un combat inutile" des indépendantistes sur ce dossier. Lire son courrier dessous.



Le Député Philippe Gomès
Le Député Philippe Gomès


Refuser la cession à l’Etat d’une action STCPI : un combat inutile
Dans le contexte de crise internationale que connait depuis plus d’un an le secteur du Nickel, chacun a pu mesurer les enjeux que représente la survie de la SLN. Le chiffre est connu : la société a besoin d’un financement de 63 milliards CFP pour survivre à l’horizon 2018, dans l’attente d’une reprise des cours du nickel.
La SLN, son conseil d’administration, ses dirigeants, ses personnels se sont d’ailleurs attelés à la définition d’un plan d’action visant à réduire le coût de production de cette société qui représente plus de 8.000 emplois directs, indirects et induits.
Le premier ministre Manuel Valls, lors de sa visite en Nouvelle-Calédonie, a proposé que l’Etat prête les fonds nécessaires à la STCPI pour lui permettre d’assumer sa responsabilité d’actionnaire aux côtés d’Eramet.
De longues et difficiles négociations ont depuis lors été menées, visant d’une part à se mettre d’accord sur le juste montant que devaient apporter à la SLN, la STCPI et Eramet, au regard de leurs responsabilités respectives, et d’autre part à arrêter les conditions de ce financement, étant entendu que les modalités négociées entre l’Etat et la STCPI (15 milliards) seraient également appliquées au prêt d’Eramet à la SLN. (42 miliards)
Dans ce cadre, la STCPI via PromoSud, la SEM de la province Sud, devait céder une action à l’Etat, à titre temporaire, afin que celui-ci puisse procéder à la mise en place du prêt.
Alors que l’Etat a produit une dernière proposition pour les conditions de ce prêt à la STCPI hier au soir, conditions qui rejoignent les attentes et préoccupations exprimées par la STCPI pour la défense des intérêts de la SLN,
Alors que l’assemblée de la province Sud a validé aujourd’hui les conditions juridiques nécessaires à la mise en place du prêt dans les meilleurs délais,
Alors que la trésorerie de la SLN ne permet d’assurer les dépenses courantes que jusqu’à fin juillet,
L’assemblée de la province Nord a, de son côté, rejeté la cession d’une action de la STCPI à l’Etat, au motif du symbole : la présence de l’Etat aux côtés des provinces, au sein de la STCPI, serait selon eux une régression inacceptable qui ne se négocie pas…
Je le regrette.
Défendre des symboles, oui.
Au prix de la destruction d’équilibres très difficilement construits, non.
A fortiori si l’entreprise SLN risque d’en payer le prix.
Nous avons désormais un mois pour tenter de trouver une nouvelle porte de sortie à la SLN, avec les autres acteurs du dossier au premier rang desquels les principaux actionnaires d’Eramet : l’Etat et la famille Duval.
Je continuerai à prendre les responsabilités qui sont les miennes dans la recherche des nouvelles solutions.

Philippe GOMÈS
Député de la Nouvelle-Calédonie
Administrateur d’Eramet




Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune