Connectez-vous

Philippe Blaise : TGC et Compétitivité, explications !

Vendredi 26 Août 2016

TGC et Compétitivité : ce que Philippe Germain et ses copains ont volontairement oublié de dire aux Syndicats et aux Calédoniens sur l’inflation inévitable des prix des services !



Philippe Blaise : TGC et Compétitivité, explications !

Lors des travaux de la commission qui a étudié les deux textes sur la TGC et la compétitivité, nous avons alerté plusieurs fois le président Germain et CE sur des incohérences très graves dans ce que nous dit le Gouvernement.
Les taux de TGC qui ont été actés à Koutio en décembre 2015 ont été calculés avant l’article 19 et la baisse autoritaire des marges.
Ce qui veut dire que comme le chiffre d’affaires des entreprises taxées va baisser, le rendement attendu ne sera pas au rendez-vous.
Apparemment le gouvernement Germain a déjà anticipé cela en prévoyant de passer les services de 5% de TSS à 11% de TGC pour augmenter le rendement des taxes sur quasiment tous les services !
Il va donc y avoir un impact inflationniste très important sur les services.
L’UPA (artisans) a clairement tiré la sonnette d’alarme au début des travaux de la commission, mais a parlé dans le vide face à un Philippe Germain champion de la méthode Coué.
Quand Germain dit qu'il va relancer la consommation, il ne nous explique pas comment les gens vont consommer plus de services avec des services plus chers !
Les élus des Républicains et de l’UCF ont proposé de créer un nouveau taux de TGC pour maintenir la pression fiscale au même niveau que la TSS. Philippe Germain et CE s’y sont opposés.
A ce stade les membres de la commission n’ont jamais eu les calculs de rendement faits par le gouvernement et attendent toujours qu’on les leur communique.
Il est donc plus que certain que les éventuels gains de pouvoir d’achat sur les biens importés, qui restent à prouver selon nous, seront totalement annulés par la hausse des prix sur les services.
Le Gouvernement ne dit pas la vérité aux consommateurs sur l’impact de la TGC.
En réalité on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.
Pour garder le même rendement fiscal il va falloir augmenter les prix d’un côté pour compenser ce qui aura baissé de l’autre.
Enfin, ce qui est tout aussi grave, c’est qu’en plombant les marges et donc les résultats des commerces, on va mécaniquement faire tomber le rendement de l’impôt sur les sociétés.
Or avec 35 Milliards c’est le premier poste de recettes fiscales de la Nouvelle-Calédonie.
Les textes proposés par Germain et CE en voulant courir deux lièvres à la fois nous amènent dans le mur, alors que nous ne savons pas si nous serons demain capables d’éponger le déficit du RUAMM et de financer les dispositifs comme le Handicap, le minimum vieillesse ou l’Aide au Logement.
Les discours électoralistes c'est bien joli mais les chiffres eux sont têtus.

FB Philippe Blaise



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune