Connectez-vous

Ombre chinoise : Vale se donne 60 jours pour décider du sort de son usine calédonienne

Mardi 11 Juillet 2017

Selon le très sérieux Financial Times de Londres, le géant minier brésilien Vale cible ses opérations déficitaires dans le nickel. Il pointe notamment son usine en Nouvelle-Calédonie. Le SOENC-CFDT, syndicat majoritaire, fait part de sa vive inquiétude.



Ombre chinoise : Vale se donne 60 jours pour décider du sort de son usine calédonienne

Le cours du nickel n'est pas bon. Il a rechuté à 8,680 $ la tonne et a perdu près de 18 % depuis février. Les stocks sont élevés et l'Indonésie a partiellement levé son interdiction d'exportation. L’offre disponible augmente et pèse sur les prix. Pour ne rien arranger, les livraisons de nickel en provenance des Philippines vont également reprendre après le limogeage de Regina Lopez, la ministre écologiste des mines et de l’environnement.

Marge de manoeuvre
Pour Vale et son PDG, Fabio Schvartsman, le prix du nickel qui se traine à environ 9 000 $ la tonne, sans indication de reprise à court terme, oblige à réévaluer toutes les activités dans le nickel, « y compris les opérations en Nouvelle-Calédonie, qui continuent à perdre de l'argent à ce prix ». Dans l'article du quotidien britannique Financial Times, les actifs calédoniens sont qualifiés de « peu performants » par Vale. Concernant l'ensemble de la branche nickel : « Nous nous donnons 60 jours pour décider et choisir ce que nous devons relancer, et ce qui doit faire l’objet de mesures prioritaires » indique Fabio Schvartsman. 
  • Par Alain Jeannin
Lire la suite sur francetvinfo.fr

Source Francetvinfo.fr



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations