Connectez-vous

Mosquée à Tahiti: à peine ouverte, aussitôt fermée

Vendredi 18 Octobre 2013

Moins d'une semaine après l'annonce de son ouverture à Papeete, le Centre islamique de Tahiti dont les locaux se trouvent dans l'un des immeubles de la rue Gauguin se voit officiellement interdire d'accueillir du public, et en l'occurrence des fidèles, l'espace n'étant pas aménagé pour.



Mosquée à Tahiti: à peine ouverte, aussitôt fermée
 
 
Cette interdiction communale a été signifiée, mercredi matin, au principal intéressé Hishan El Barkani, par l’intermédiaire du 4 ème adjoint au maire de la capitale Charles Fong Loi, par ailleurs en charge des questions d’urbanisme dans la ville.
 
Motif invoqué: l’association de loi « type 1901″ n’a fait aucune demande d’autorisation à la mairie alors que sa vocation entre dans le cadre des dispositions prévues au code de l’aménagement de la Polynésie française.
 
Interrogé hier soir sur TéléPolynésie, le maire Michel Buillard a été on ne peut plus clair vis-à-vis de ceux qui abuseraient de l’hospitalité polynésienne, ce qui n’enlève rien à l’attirance naturelle qu’éprouve notre société à l’égard des communautés religieuses.
 
Depuis le début de semaine, l’implantation d’une mosquée à Tahiti a suscité nombre de commentaires désobligeants sur les réseaux sociaux. Il faut dire que son instigateur, par ses déclarations maladroites et/ou ambigues dans la presse, n’a rien fait pour gagner la confiance des Polynésiens…
 
Sur le plan politique maintenant, A Ti’a Porinetia persiste et signe, réaffirmant que « l’opération menée par l’Imam autoproclamé et fraîchement débarqué de Seine Saint Denis n’est pas claire. Ce jeune homme de 23 ans se vante d’être venu avec son sac à dos et affirme être étudiant. Il ne connaît pas la Polynésie française mais est venu suite à des recherches sur internet implanter une mosquée sans ouvrir une quelconque discussion avec les autorités du Pays ni de l’Etat, sans se plier à la réglementation de la ville de Papeete, sans prendre la peine d’informer ou de consulter les forces vives du Pays sur son projet, ni de rencontrer les autres confessions religieuses dans une Polynésie très chrétienne.
 
Etudiant de 23 ans, il a trouvé de l’argent pour payer son billet d’avion. Il a aussi trouvé de l’argent pour louer des bureaux en plein centre-ville de Papeete. D’où vient cet argent ? Il prétend avoir obtenu des dons de la communauté musulmane locale. Or, ceux-ci nient avoir répondu à un appel de dons. S’agit-il d’un premier mensonge d’un homme se disant religieux ? Pourquoi ce mensonge ? »
 
 
 

Frédéric Dhie



Les Communiqués sur l'Océanie | Archives Océanie