Connectez-vous

Morgan Dufour, Directeur Commercial Tina Golf Club

Mardi 18 Avril 2017

Morgan Dufour a repris commercialement les rennes du Golf de Tina il y a deux ans et demi, après sa formation en Métropole et deux expériences successives à St Cyprien et au Maroc. Il nous a reçu pour évoquer sa passion du golf et les actions entreprises à Tina Golf Club depuis son retour sur le caillou.



Comment devient-on directeur du Golf de Tina? Racontez-nous votre parcours.

J’ai commencé le Golf très jeune, j’avais 4 ans et demi. Mon père et mon grand-père se sont mis au golf à Dumbea pour avoir une activité père/fils et ils ont emmené le “petit". Très vite ils ont coupé un club à ma taille pour que je puisse faire des approches et du putting. J’ai joué un an là-bas, puis j’ai intégré l’école golf de Tina à son ouverture en 1995. 
 
Je suis rentré à l’école de Golf à 5 ans, j’en suis sorti à 18 ans, les vacances scolaires c’était golf, j’habitais à côté, alors je pratiquais tout le temps. C’est donc tout naturellement que je me suis orienté vers l’enseignement du golf. Je suis parti en Métropole, une formation sur deux ans, un brevet professionnel en alternance entre un site de formation et un golf qui nous accueille pour travailler. Moi j’étais à St Cyprien à côté de Perpignan. À l’issue des deux ans le golf de Saint Cyprien a voulu me garder, je suis donc resté deux ans de plus. Ensuite j’ai eu l’opportunité de devenir Head Pro, responsable de l’enseignement et créateur d’une Académie, au Maroc, à Marrakech, pour deux ans aussi, sur un golf avec des installations de très haut niveau. C’est là sur le Golf de Samanah, où j’ai appris le métier, que je fais maintenant des packages à construire avec des Tours Opérateurs, avec l’hôtellerie, avec la restauration. Une superbe expérience, je n’ai pas hésité longtemps quand l’opportunité s’est ouverte à moi de revenir dans mon club de cœur ici à Tina. Si j’ai fait tout ce cursus, c’était au final pour en faire profiter le golf calédonien et particulièrement le Golf de Tina.
 
Et aujourd’hui quel handicap êtes-vous?
 
Je viens de quitter mon statut de professionnel et de revenir amateur, c’est par choix parce qu’aujourd’hui mon métier, ce n’est plus d’enseigner le golf. Je suis -1,1 d’index.

Alors à Tina qu’est ce qui a changé en deux ans et demi depuis votre retour?

On a entamé quelques chantiers importants comme le pro-shop. On a doublé la surface en faisant quelques travaux. En amont, j’avais préparé le terrain avec différentes marques avec lesquelles on ne travaillait plus pour diversifier l’offre du proshop. Aujourd’hui on représente quasiment toutes les grandes marques reconnues dans le monde du golf et on a maintenant l’espace pour présenter tout ce matériel. On s’est aussi modernisé avec la création de la page Facebook, la mise à jour plus régulière du site internet et la réservation en ligne qui a fait son apparition. Ce sont tous ces ajustements qui permettent d’améliorer le contenu que l’on peut proposer à nos membres.
 
Est-ce que  le nombre de membres a augmenté?
 
Non, le nombre n’a pas progressé parce que nous n’avons pas une politique de création intensive de golfeurs, étant donné que nous sommes déjà quasiment sur notre maximum de capacité. Le but c’est vraiment de proposer un service plus “haut de gamme”, une prestation plus aboutie que ce qui existait déjà, que ce soit au niveau du pro-shop, du parcours, de la restauration, des compétitions. C’est vraiment l’ensemble de la prestation qu’on a élevé en gamme et qu’on essaye au quotidien d’améliorer encore par petites touches.
Aujourd’hui on a un peu moins de 600 membres, on essaye de s’attaquer à de nouveaux marchés comme les green-fees extérieurs avec les touristes qui viennent jouer notre golf. Ça se limitait beaucoup à la clientèle japonaise qui est en diminution, du coup on s’est attaqué à la clientèle des croisiéristes qui est en pleine expansion. On a créé une offre spéciale, on s’est associé avec  Livaï Transports qui récupère les clients en sortant du bateau, les amène ici, ils peuvent faire leur parcours avec la voiturette, le sac de location puis ils sont ramenés au bateau. On travaille avec les Tours Opérateurs australiens et néo-zélandais, on participe aux workshops organisés par les GIE Tourisme.
 
Sur le restaurant, ça fait maintenant plus de 5 ans que l’association sportive du Golf de Tina a repris la gestion du restaurant pour plus de transparence vis à vis des membres et pour pouvoir proposer des animations en terme de buffet lors des compétitions et tournois, ce qui nous permet d’avoir un prix très attractif. Le restaurant a beaucoup évolué et la publicité qui a été faite a attiré une nouvelle clientèle, extérieure au golf.

Côté école de golf et événements

South Pacific Junior Open
South Pacific Junior Open
On est toujours quatre pros à enseigner. On a fini 2016 avec plus de 100 jeunes à l’école de golf entre le mercredi et le samedi matin. On a dix groupes. C’est une belle réussite.
Côté événement on la chance de pouvoir organiser deux tournois internationaux, le South Pacific Open qui fête ses dix ans cette année déjà qui est notre tournoi professionnel, organisé par la PGA Austral-asia qui se tient cette année du 10 au 17 septembre. C’est un tournoi très relevé avec de très bons joueurs. On a vu passer des joueurs qui ont fait 2eme et 4e me à l’US open il y’a quelque années et pour le golf local c’est formidable de pouvoir se mesurer à des pointures internationales. 
 
Et puis on a créé l’année dernier le South Pacific Junior Open dont je suis le Directeur du Tournoi et là c’était la volonté de créer un gros tournoi jeune dans le Pacifique avec la venue d’équipes, polynésiennes, fidjiennes, néo-zélandaises, australiennes. Cette année on attend des asiatiques, la Chine, le Japon. On a créé une formule par équipe, même si il y a aussi un classement individuel, c’est la formule par équipe qui prime. On a organisé ça comme aux Jeux du Pacifique, cérémonie d’ouverture avec défilé de drapeaux. C’était hyper sympa et de très bon niveau. Par exemple, la nouvelle-Zélande a amené sa Team N°1 de jeunes et évidemment ils ont tout raflé. L’équipe calédonienne s’est hissé à la troisième place, c’était l’objectif annoncé. Il y avait une ambiance extraordinaire, les jeunes étaient très contents d’une organisation quasi professionnelle, en ayant l’impression d’être considérés comme des pros. L’objectif 2017 du tournoi qui se tiendra du 5 au 9 août, c’est de passer de 50 à 72 joueurs avec la venue des asiatiques.

Ecole de Golf
Ecole de Golf
Les cordonnées du Tina Golf Club
 
Accueil: tinaresa@canl.nc
 

Frédéric Dhie



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte