Connectez-vous

Martin/Backes/Bernut/Lafleur : le quarteron de tartuffes par Calédonie Ensemble

Vendredi 8 Avril 2016

La réponse du parti de Philippe Germain ne s'est pas faite attendre suite à la conférence de presse des Républicains. Lire le communiqué de presse ci-dessous.



Martin/Backes/Bernut/Lafleur : le quarteron de tartuffes par Calédonie Ensemble

Un quarteron d’élus du groupe Les Républicains a pris l’habitude ces dernières semaines de convoquer la presse pour se livrer à l’exercice facile de la critique systématique de Philippe Germain, de Calédonie Ensemble et, en ligne de mire, de Philippe Gomès.

Leur dernière conférence de presse a eu lieu mercredi. Elle a consisté à dévaloriser le bilan d’une année du gouvernement de Philippe Germain. Sonia Backes, Grégoire Bernut et Isabelle Lafleur, auxquels se greffe Harold Martin, ont rendu Philippe Germain responsable de la hausse du chômage, du déficit des régimes sociaux et de la baisse des recettes fiscales.
N’en jetez plus ! Tout ça en 1 an ! C’est un exploit pour un seul homme ! Jetons un rapide coup d’œil dans le rétroviseur.

 Quelle était la situation du budget de la Nouvelle-Calédonie ces dernières années ?
o Un accroissement incontrôlé des dépenses de fonctionnement auquel a mis un coup d’arrêt le gouvernement GERMAIN
 2012 = 37 milliards  2013 = 41 milliards  2014 = 46 milliards  2015 = 41 milliards
o Un déficit déraisonné du budget propre de la Nouvelle-Calédonie  2012 = + 4,7 milliards
 2013 = + 4,4 milliards  2014 = - 6 milliards
 2015 = -0,5 milliards

 Quelle était la situation des recettes fiscales ces dernières années ?  2012 = 138 milliards
 2013 = 127 milliards  2014 = 128 milliards  2015 = 120 milliards
 Quelle était la situation de l’emploi ces dernières années ?

L’évolution des demandeurs d’emploi :  2012 = 6229
 2013 = 6323  2014 = 7028  2015 = 7149
L’évolution des offres d’emploi :  2012 = 11285
 2013 = 9269
 2014 = 9611
 2015 = 8244

 Quelle était la situation des comptes sociaux ces dernières années ?
 Doublement depuis 2012 des dépenses de solidarité (Minimum retraite – Aide au logement - Handicap – Allocation familiale de
solidarité)
2012 = 8,5 milliards 2015 = 17,8 milliards
 Déficit du RUAMM 2012 = - 1,1 milliards
2013 = + 1 milliards 2014 = - 4 milliards 2015 = - 3,4 milliards

Ces critiques systématiques, maintes fois répétées, lassent les calédoniens qui en ont assez de cette guéguerre permanente et de ces querelles de bac à sable.
Face à la réalité d’une crise économique et sociale majeure, le pays exige de sa classe politique qu’elle fasse preuve de responsabilité et de cohésion, pour faire face aux enjeux et surmonter les difficultés.

La crise à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est la conséquence de ce qui se passe dans le monde. Cette situation est aggravée par l’état catastrophique dans lequel nous avons trouvé le budget et les comptes sociaux après les élections provinciales de 2014. Celles et ceux qui critiquent aujourd’hui, oublient qu’ils ont été au pouvoir ces dernières années et tentent ainsi de reporter leurs propres insuffisances sur le gouvernement de Philippe GERMAIN installé depuis seulement 1 an.
A titre d’exemple, il y a 1 an, le déficit de la Nouvelle-Calédonie était de 5 milliards et celui des régimes sociaux de 10 milliards.
Dans ce contexte, tout le travail du gouvernement Germain a consisté à réduire les déficits et redresser les comptes publics au prix de sacrifices que tout un chacun mesure dans sa vie quotidienne. Le gouvernement GERMAIN s’est aussi attelé à un plan de réformes indispensables s’appuyant sur l’agenda économique, social et fiscal partagé.

Cette feuille de route a été actée par tous les groupes politiques et les partenaires sociaux. Elle ne peut être engagée que si chacun, notamment sur les bancs du groupe les Républicains, fait preuve de responsabilité.
Hélas, ce n’est pas la voix suivie par quelques élus du groupe les Républicains au congrès, qui préfèrent agir en tirailleurs, privilégiant leurs ambitions personnelles, dans la perspective notamment des élections législatives de 2017.
Face aux enjeux immédiats auxquels la Nouvelle-Calédonie est confrontée, en particulier dans la perspective de la sortie de l’Accord de Nouméa, ces élus seraient bien inspirés de prendre exemple sur leur chef qui s’est engagé résolument dans une démarche responsable et constructive pour franchir les prochaines étapes décisives du devenir du Territoire.




Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune