Connectez-vous

Marketing politique : décodage

Vendredi 2 Mai 2014

Provinciales 2014 : Demain on rase gratis ! l'important c'est de gagner ...
La Nouvelle-Calédonie , on l'a vu pour les municipales aussi, s'est mise aux techniques du marketing politique qui consiste à se positionner par rapport à ses concurrents, à diffuser un message avec les moyens appropriés à un "coeur de cible" et donc à découper le message en tranche en s'adressant et (si possible en faisant rêver) un public "captif". Décodage.



Coté non-indépendantiste


Presque chaque parti loyaliste majeur a fait venir son gourou de com' de métropole : conséquence pour la forme c'est plutôt réussi, mais pour le fond, pas de miracle quand tu découvres "le produit", tu fais avec ... comme disait Jacques Séguéla,  le pape de la communication, à la fin  " il reste toujours le produit"....si vous l'avez essayé et qu'il ne vous plait pas, vous ne rachetez pas et si vous mentez, le client le sait au prochain coup..la confiance est un élément majeur de l'acte d'achat et surtout du réachat...ça c'est pour les consommateurs avertis, le sommes nous en Calédonie ou a-t-on les politiques que l'on mérite ?

Si vous avez apprécié tel produit (telle gestion de la Province, Gouvernement, Congrès) c'est bon... le public est indulgent avec la sincérité. Si vous vous êtes déjà fait rouler attention ...l'acheteur a quand même un sursaut de mémoire. Même si le camelot a toujours une "prime à la vente".
Le marketing produit adapté à la politique, en langage normal, cela donne des réunions devant les jeunes, les femmes, les séniors, les entreprises, les artistes, les écolos, les profs, les parents, les ouvriers, les sportifs en utilisant les codes de langage de cette "cible" .. le tout réalisé par les 3 principaux partis loyalistes cela fait pas mal de messages sur facebook et de réunions en petit comité ou grands meetings. On décline le programme, thématique par thématique et public visé par public visé, c'est un travail de fourmi qui a demandé de la préparation et un planning millimétré pour avoir touché "tout le monde" avant la fin de la campagne qui se terminera par "le grand meeting " de fin de campagne ! avec des mots rassembleurs et le fameux slogan sensé faire la différence (et la couleur du bulletin pour certains).
 
Mais coté non-indépendantiste, dans le sud toujours , le message est brouillé, certains "on rase gratis " qui promettent à tout va,  plutôt que de dire "allez voter" les partis se battent pour des "parts de marché", alors que c'est le marché qui s'échappe......syndrome du titanic, on continue alors qu'on coule parcequ'il aurait fallu faire au moins un radeau tous ensemble voir un vrai magnifique bateau parceque la Nouvelle-Calédonie "le vaut bien".

Et par la dessus le Front national et Convergeance Pays vont peut-être faire basculer le siège qui manquera aux loyalistes. Si le Mathématiquement, ces voix "perdues" donnent le siège qui va faire basculer la Province vers la majorité indépendantiste....(car moins de 5% d'inscrits, on ne les compte pas).On n'est plus aux municipales. Quelle responsabilité ! heureusement que Pascal Vittori a eu, et c'est tout à son honneur, le sens des responsabilité et s'est retiré. Certains disent, oui mais c'est l'expression de la démocratie, la pluralité c'est la démocratie mais pour arriver à quel but? à chaque élection ses enjeux et son plan de bataille c'est aussi cela le jeu démocratique sinon c'est se tirer une balle dans le pieds.
Côté non-indépendantistes on se rend ainsi compte que les programmes sont à peu près les mêmes sauf pour la stratégie Nickel, seul CE et les indépendantistes affichent vouloir 51 % de la SLN (le SLN bashing est l'un des messages des indépendantistes car la SLN ne réagit pas (plus) en terme de communication, c'est trop vulgaire), mais pour ce qui est du reste, c'est plutôt de l'habillage.. C'est la forme, mais le fond ?

 

Côté indépendantistes



Coté indépendantiste, c'est le fond et surtout l'enjeu qui prime car il est de taille et ils en sont conscients. La liste unie du sud peut prendre, à un siège près, la majorité au Congrès et donc la présidence du Gouvernement et les portefeuilles les plus importants dont le budget et les mines. Ils auraient donc la fameuse légitimité des urnes qu'ils ont choisie avec les accords de Matignon et Noumea.  3 Provinces et donc le Congrès et le Gouvernement ! Leur message est plus clair : voter car cela va se jouer à peu. D'où la bataille des listes électorales, la fin vaut bien les moyens. Au moins c'est clair.

Cette campagne a montré aussi que coté indépendantiste et surtout coté UC dans le sud, ils ont su conserver  leur message de base "l'indépendance" sans d'ailleurs donner le détail de ce qu' est l'indépendance...ils vendent du rêve et le font bien, mais surtout ils ont su le décliner aussi auprès des jeunes car traditionnellement cette "cible" s'abstenait volontiers de voter, cette fois-ci ils ont su grâce aux réseaux sociaux, et à un grand travail en amont, les mobiliser ! A remarquer que les indépendantistes ne s'adressent pas directement aux femmes comme les partis loyalistes, il y aurait -il une faiblesse de ce coté là du discours ?

De son coté-ci aussi on "rase gratis" car personne ne sait aujourd'hui ce qu'il y a derrière le concept d'indépendance et les conséquences sur la vie quotidienne des gens. Mais c'est pas grave ! pour tous  : l'important c'est de gagner ...

Et dans le Nord, la conséquence de la division du camp loyaliste fait que cela va affaiblir encore le nombre d'élus au Congrès et à nouveau favoriser le clan indépendantiste et certainement le Palika qui a pu déjà compter aux municipales des reports de voix de CE. Lorsqu'il faudra déterminer des commissions, des postes, on pourra regarder ce que font les élus CE du nord et sur qui ils vont se reporter. Coté indépendantiste c'est la lutte ouverte entre Paul Néaoutyine et Gilbert Tuyienon pour le magot de la Province Nord, la Sofinor et la SMSP... les enjeux sont considérables et pour cela les deux branches ennemies de l'UC ont fini par s'entendre pour faire tomber le vieux Paul de son piédestal.

Et dans les îles, et bien dans les îles il y a deux campagnes, celle qui se passe sur les réseaux sociaux et les procurations et qui s'adresse principalement aux loyaltiens jeunes ou habitant Nouméa et le travail de terrain classique "à l'ancienne" qui se passe en meetings et réunions en tribu. Simon Loueckhote part seul contre les listes indépendantistes et espère ravir un siège au Congrès.
Puisque qu'on parle de démocratie, il serait bien pour la pluralité et la démocratie justement que les non - indépendantistes des îles retrouvent un siège au Congrès. C'est à Simon Loueckhote de faire le job et il le fait bien mais les îles partent de loin. Un peu d'efficacité et de développement ferait du bien à ces îles qui elles aussi le méritent bien ! Allez mesdames des îles un peu d'indépendance, votez le beau Simon qui a perdu 40 kg pour vous plaire...



Image de marque...I have a dream!

La marque Kanaky a fait son chemin pendant toutes ces années. (il y a une image de marque Kanaky avec sa coutume, son kaneka, son drapeau etc..) 
Il n'y a pas de "marque" Nouvelle-Calédonie en face, on le voit bien pour le tourisme d'ailleurs, juste de la bataille de parts de marché en interne...cherchez l'erreur ! L'un a eu une stratégie de croissance (indépendantiste) et l'autre coté , les non indépendantistes ont passé leur temps à dire , "pas de risque de l'indépendance" donc on se bagarre entre nous pour le pouvoir ....du coup ils n'ont pas donné de l'incarnation, de l'âme à la marque "Nouvelle-Calédonie" (pas d'image de projet ) d'où ce sentiment diffus de défiance à l'égards des partis loyalistes désunis. On ne les écoute plus, on les rejette! ça tape trop fort ! Ce ne sera pas un vote "pour" coté loyaliste mais un vote "contre" l'indépendance. Alors que de l'autre coté on vote pour le rêve...à quand, enfin,  un vrai travail de fond sur le projet "Nouvelle-Calédonie-Kanaky" pour préparer les jeunes à la bataille de la mondialisation? Une marque se créé avec du fond, il faut bien définir le produit et pas un demi produit...la forme c'est la mise en musique du fond du projet de société qui doit être acheté par tous. I have a dream ...à partir du 12 mai, au boulot ! toutes les énergies ensembles !


Florence Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune