Connectez-vous

Les travaux de réparation du pont de la SLN en bonne voie

Mercredi 13 Janvier 2016

Afin de pénaliser le moins possible le trafic sur cette voie (de l’ordre de 60 000 véhicules par jour), le chantier est réalisé, dans la mesure du possible, de nuit. Cependant, certaines phases de travaux nécessitent d’interrompre complètement la circulation plusieurs jours d’affilée. La province a fait le choix d’effectuer ces travaux durant le mois de janvier car « d’après nos comptages, c’est une des périodes les moins chargées en termes de circulation routière grâce aux vacances scolaires » explique Eric Siegle, adjoint au chef de la subdivision sud de la Direction de l’équipement de la province.



Depuis le 4 janvier, la province Sud a entamé les travaux de réparation du pont de la SLN sur la voie express n°1 (VE1). Certaines phases nécessitant d’interrompre la circulation, de jour comme de nuit, des déviations sont organisées depuis le 11 janvier.
Depuis le 4 janvier, la province Sud a entamé les travaux de réparation du pont de la SLN sur la voie express n°1 (VE1). Certaines phases nécessitant d’interrompre la circulation, de jour comme de nuit, des déviations sont organisées depuis le 11 janvier.


 

Fermeture à la circulation et déviation

C’est ainsi que la VE1 est fermée à la circulation depuis le  lundi 11 janvier 20h00 et ce jusqu’au vendredi 15 janvier 2016 5h00, sens Nord / Sud,  jour et nuit,  avec un itinéraire de déviation via l'échangeur de Montravel, la bretelle vers Doniambo, la rue Desjardin et la bretelle d'accès à la VE1.

 

Dans un second temps, la VE1 sera fermée à la circulation, du lundi 18 janvier 2016 à 20h00 jusqu'au vendredi 22 janvier 2016 5h00, dans le sens Sud / Nord, également jour et nuit, avec un itinéraire de déviation via l'ancienne bretelle de la montagne coupée, la rue Unger, l'échangeur de Montravel et la bretelle d'accès à la VE1.

 

Des travaux indispensables

Pour rappel, le pont de la SLN est en réalité constitué de deux ponts en béton armé de 28 mètres de long et datant de 1972, qui nécessitent aujourd’hui de gros travaux de réparation dont  « le changement des 32 appareils d’appui qui assurent la connexion entre la partie horizontale du pont et ses piles. Ils absorbent notamment les secousses et les chocs de la circulation automobile. Leur bon entretien est essentiel à la longévité globale du pont» précise Erice Siegle. Cette opération est particulièrement délicate car elle nécessite de soulever  les deux tabliers de pont d’environ 55 cm au-dessus de leurs piles par vérinage (utilisation de vérins), « ce qui prend 7 heures, à raison de 1,4 millimètres par heure » ajoute Eric Siegle. D’autres travaux portant sur l'étanchéité et le revêtement, la réfection des joints de la chaussée, la mise en conformité des dispositifs de sécurité centraux et latéraux ainsi que l’éclairage public, sont également effectués. Autant de travaux qui permettent autant de préserver le patrimoine sur le long terme que d’améliorer la sécurité et le confort des automobilistes au quotidien.

 

L'opération de vérinage (soulever  les deux tabliers de pont d’environ 55 cm au-dessus de leurs piles en utilisant des vérins), en photo.
L'opération de vérinage (soulever les deux tabliers de pont d’environ 55 cm au-dessus de leurs piles en utilisant des vérins), en photo.




Les communiqués "Société" | Les archives