Connectez-vous

Les étranges contes de fées souverainistes du député sur les 51% de la SLN.

Lundi 21 Septembre 2015

Par Philippe Blaise

Hier soir au JT, Olivier Jonemann interviewait le député sur sa politique de prise de contrôle des 51% de la SLN.
Après un reportage très pédagogique expliquant que dans un marché déprimé la SLN perd beaucoup d'argent et que son actionnaire Eramet va devoir remettre de sa poche pour qu'elle survive, le discours du député a paru complètement "hors-sol".





Olivier Jonemann demandait très justement comment la Nouvelle-Calédonie, si elle devenait majoritaire, ferait à la place d'Eramet pour renflouer la SLN, autrement que par nos impôts.

Philippe Gomès a alors raconté un joli conte de fée dans lequel la Nouvelle-Calédonie allait devenir majoritaire en passant de 34% à 51 %, mais ce serait ERAMET qui continuerait à payer.

Et pour justifier le joli conte de fée, il nous a parlé du cas de la Papouasie où l'Etat aurait gratis 25% des mines.
Certes mais justement 25% c'est une participation minoritaire ! Ce n'est pas une participation majoritaire de 51%.
En réalité, selon cet article trouvé sur le net, (http://www.researchgate.net/…/229646813_Landowner_equity_in…), la législation prévoit le droit pour le Gouvernement Papou d'avoir 30% des projets miniers et 22,5% des projets pétroliers.

Il ne s'agit donc aucunement d'une majorité gratuite de 51% dans l'exemple Papou. L'Etat Papou reste minoritaire.
Le schéma papou respecte la règle qui veut qu'il y ait un actionnaire privé de référence qui a la majorité et qui assume les risques financiers en recapitalisant la société pour couvrir ses éventuelles pertes ou ses investissements.

Parler de ce mécanisme pour essayer d'expliquer que Eramet va nous donner des parts gratuitement pour devenir majoritaire est fantaisiste, tout comme il est fantaisiste de faire croire que Eramet supporterait le coût des investissements et continuerait à couvrir les pertes si on lui retirait la majorité à la SLN.

Je rappellerai enfin que tous les groupes miniers mondiaux qui ont survécu aux fusions absorptions de ces quinze dernières années sont ceux qui se sont diversifiés sur plusieurs métaux, afin de surfer sur les variations des cours.
Une SLN détachée de ERAMET, avec le seul Nickel, n'a aucune chance de survie et finirait par être rachetée à vil prix par des prédateurs étrangers.

Eramet garantit la survie de la SLN quand le Nickel n'est pas rentable en réinjectant les bénéfices issus du Manganèse et des Aciers Spéciaux.




Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations