Connectez-vous

Le projet éducatif adopté par le Congrès

Lundi 25 Janvier 2016

Au terme d’une consultation inédite ayant associé, pendant près de dix ans, communauté éducative, groupes politiques, autorités coutumières, organisations syndicales, fédérations de parents d’élèves, associations et institutions, le projet éducatif vient d’être adopté par le Congrès. Il pose les fondations d’une École ancrée dans son environnement et adaptée à la réalité calédonienne.



Vendredi 15 janvier 2016, en milieu d’après-midi, après cinq heures de discussions en séance plénière, et plus de onze heures de débats en commission neuf jours plus tôt, le projet de délibération relative à l’avenir de l’École calédonienne a été voté par les 53 membres du Congrès présents, par 45 voix pour, 3 contre et 5 abstentions. Une grande satisfaction pour le gouvernement – il l’avait adopté le 15 décembre à 10 voix sur 11 –, qui récompense un énorme travail de concertation. « Ce projet éducatif, nourri de la réflexion de tous, nous l’avons écrit collectivement, se félicite Hélène Iékawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement. On peut même dire qu’il a été adopté à l’unanimité car les élus qui se sont abstenus ou ont voté contre y ont participé eux aussi en déposant des amendements qui ont été pris en compte ».
La Nouvelle-Calédonie se dote donc, enfin, d’une véritable politique éducative qui détermine les grandes orientations d’une École adaptée aux réalités du pays, basée sur le respect mutuel, la solidarité et la tolérance, creuset du destin commun. Fidèle aux principes essentiels que sont l’équité, l’égalité, la laïcité et la liberté de l’enseignement, la Nouvelle-Calédonie aspire à donner à tous les mêmes chances de réussite et d’insertion, à gommer les inégalités sociales, à former des citoyens engagés dans la construction de leur pays, aptes à s’insérer dans le monde.

Premières actions concrètes à la rentrée 2017

Dans sa déclaration de politique générale, en avril 2015 devant le Congrès, Philippe Germain avait insisté sur « la nécessité d’un projet éducatif, fédérateur d’énergie et véritable levier du changement concerté pour une société plus juste, plus respectueuse des cultures du pays, plus ouverte, plus solidaire ».
« Ce projet éducatif répond aux attentes et aux préoccupations de la population, confirme Hélène Iékawé. Nous n’avons fait que mettre en œuvre les conclusions du colloque de 2002 et du Grand débat de 2010 selon lesquelles il fallait définir les valeurs et les missions de l’École calédonienne ».
Composée d’une trentaine d’articles, la délibération-cadre entend aujourd’hui « donner une place plus importante aux cultures dont les élèves sont porteurs et renforcer le sens civique et moral ».
Reste maintenant aux groupes de travail à plancher sur les actions jugées prioritaires, à dessiner les modalités de leur mise en œuvre, pour une présentation au Congrès en juillet ou août. Certaines devraient s’appliquer dès la rentrée 2017.





Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte