Connectez-vous

Le projet d'Alain Juppé pour les outre-mer

Vendredi 14 Octobre 2016

Veuillez lire en PJ la "Lettre aux Calédoniens" et le "projet pour les outremers" présentés par monsieur Alain Juppé.
En ce qui concerne la Nouvelle-Calédonie il a confirmé ce qu'il avait dit à Nouméa en juillet 2016 : « La Nouvelle-Calédonie doit rester dans la France ! »



Lettre d'Alain Juppé aux calédoniens

Devant la communauté wallisienne et futunienne de Nouvelle-Calédonie, Alain Juppé est revenu sur l’avenir institutionnel du Territoire ©Outremers360
Devant la communauté wallisienne et futunienne de Nouvelle-Calédonie, Alain Juppé est revenu sur l’avenir institutionnel du Territoire ©Outremers360

 

Paris, le 03 octobre 2016

Mes chers compatriotes et amis de Nouvelle Calédonie,

Mon projet pour la France, c’est aussi mon projet pour les outre-mer. Tout au long de
ces deux années, je suis allé à la rencontre de tous les Français. J’ai voulu me rendre
dans nos territoires des trois Océans. A la suite de tous ces moments d’échange et de
partage, j’ai réuni dans ces cahiers de l’outre-mer, les axes essentiels de l’ambition et
la vision que je porterai si vous me désignez à la primaire de la droite et du centre.
Lors de mon déplacement en Nouvelle-Calédonie en juillet dernier, vous avez insisté
sur les deux enjeux majeurs auxquels vous ferez face dans les prochains mois et les
deux prochaines années, d’une part, le grand rendez-vous institutionnel de 2018 et la
sortie de l’Accord de Nouméa et, d’autre part, la situation économique conséquence de
la crise liée notamment à l’effondrement des cours du nickel.

Pour cela, je veillerai à ce que le processus engagé par les accords de Matignon-
Oudinot et de Nouméa soit poursuivi, et à ce que l’Etat accompagne les différentes
sensibilités de la vie publique calédonienne dans la recherche d’une solution
respectueuse des points de convergences et de divergences constatés.
Dans ce sens, l’engagement pris dans l’Accord de Nouméa de donner la parole aux
calédoniens dans une consultation référendaire dans le courant de l’année 2018 sera
tenu et l’Etat s’y préparera comme il devra aider l’ensemble des acteurs calédoniens à
s’y préparer.

Le nickel étant un enjeu majeur pour l’économie calédonienne, je puis vous assurer
que l’Etat s’attachera au règlement de la crise actuelle aux côtés de l’ensemble des
parties concernées.

Dans le contexte des évolutions récentes du secteur minier, de la crise des cours du
nickel, des enjeux liés à la préservation de la ressource minière et de la concurrence
accrue des opérateurs d’Asie et du Sud-est asiatique, je m’engage à ce que l’Etat
accompagne les acteurs locaux afin de renforcer la gouvernance locale du nickel et
permettre la mise en oeuvre d’une stratégie minière à l’échelle du territoire,
coordonnée et partagée par tous, dans un objectif de long terme.

L’Etat devra donc être au centre du processus calédonien. Dans ce contexte, ma
conviction personnelle est que la Nouvelle-Calédonie doit rester dans la France. Il en
va de son intérêt comme de l’intérêt de la France.

En effet, la Nouvelle-Calédonie, par son rôle, par sa place dans son espace régional,
par son histoire, celle des différentes communautés qui la composent, contribue à la
diversité notamment culturelle et humaine des Outre-mer, à la dimension universelle
de la France et à son rayonnement économique au coeur du premier espace maritime
de la planète, l’Océan Pacifique.

Je m’engage aussi, dès 2017, à restaurer l’autorité de l’Etat qui doit protéger tous les
citoyens en particulier dans la sécurité au quotidien. L’Etat doit assumer pleinement
ses responsabilités notamment en déployant les forces de l’ordre nécessaires sur le
terrain quand il le faut, où il le faut, et en apportant une réponse pénale efficace
notamment en rénovant et développant les infrastructures pénitentiaires nécessaires.
Je donnerai également la priorité à la jeunesse afin de lui garantir de meilleures
chances de réussite dans la vie en engageant les réformes nécessaires, dans le respect
des prérogatives statutaires existantes, pour lutter contre le décrochage des jeunes,
valoriser les filières d’alternance et permettre l’accompagnement au sein du monde
économique notamment dans la création d’entreprise.

La Nouvelle-Calédonie représente un très grand potentiel d’avenir en particulier pour
la qualité des hommes et des femmes qui la composent. Son avenir doit se construire
dans le respect de ses différentes communautés et sensibilités, autour de valeurs
communes et de principes communs au premier rang desquels ceux de la République.
C’est l’enjeu de mon engagement pour 2017, celui de conduire la Nouvelle-Calédonie,
hors de tout affrontement et surenchère, vers l’apaisement, la concorde et la prospérité
dans l’esprit des accords de Matignon et de Nouméa.

Je suis convaincu de notre capacité collective à construire ensemble cette nouvelle
étape pour la Nouvelle Calédonie dans la République et dans l'océan Pacifique.
Je vous demande de vous mobiliser pour faire gagner la droite et le centre et de
participer à l’élection primaire du mois de novembre qui sera décisive.

Alain JUPPÉ

lettre_aux_caledoniens___a_juppe.pdf Lettre aux Calédoniens - A JUPPE.pdf  (614.53 Ko)
mon_projet_pour_les_outremers___a_juppe.pdf Mon projet pour les outremers - A JUPPE.pdf  (822.07 Ko)





Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune