Connectez-vous

Le Sénat coutumier appelle au dialogue (synthèse de Ph. Fédières des Nouvelles)

Mercredi 28 Mai 2014

Dans un long communiqué, le Sénat coutumier dit « comprendre le ras-le-bol des jeunes s’agissant de la destruction de l’environnement et du fossé qui se creuse entre ceux qui ont de l’argent et qui travaillent et le reste de la population dans les tribus. »



©NC1ère
©NC1ère
 Pour autant, s’agissant des moyens utilisés, le Sénat coutumier « appelle la jeunesse à la raison, à la discussion dans les familles et avec les responsables coutumiers, politiques et syndicaux, car la violence ne règle rien. » Selon le Sénat, l’ensemble des institutions « doit tirer le constat que la jeunesse du pays ne se retrouve pas dans ce développement accéléré et mondialisé autour des usines et des mines de nickel engagé depuis la signature de l’accord de Nouméa. La jeunesse kanak est en première ligne puisque les impacts négatifs en terme d’éducation, de formation et de bien-être social la touchent en particulier. » L’assemblée des coutumiers appelle les différents décideurs « à privilégier un vrai développement harmonieux. » Elle affirme qu’il est temps « de prendre en compte la vision philosophique et sociétale présentée dans la charte du peuple kanak (..) et de s’en inspirer pour éviter un développement d’exclusion et inégalitaire. »
 
Le Sénat conclut en précisant qu’au « stade actuel de développement de l’usine de Vale, il encourage à ce que toutes les décisions soient prises dans l’intérêt général et la plus grande transparence. » Quant au haut-commissaire Jean-Jacques Brot, qui a passé une partie de la journée sur le terrain en compagnie du maire du Mont-Dore Eric Gay, il rappelle « l’engagement et la mobilisation de la gendarmerie nationale pour assurer la sécurité des automobilistes aux abords de Saint-Louis sur la commune du Mont-Dore. Depuis trois jours, des petits groupes d’individus tentent de bloquer les voies de circulation sur la RP1 et se livrent à des actes d’agression inqualifiables à l’encontre des habitants et des forces de l’ordre. Ces faits, que rien ne saurait justifier, sont inadmissibles et appellent des autorités une réponse ferme. » En revanche la plupart des élus réunis au Congrès ont préféré s’abstenir de tout commentaire.
Ph.F.

Frédéric Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune