Connectez-vous

Le Sénat Coutumier organise un colloque : Quel Projet de société trente ans après 1984

Jeudi 21 Mai 2015

Colloque « Quel Projet de société trente ans après 1984 : diversité, pluralisme juridique et identité kanak».

Dans le cadre de la réflexion menée par le Sénat coutumier sur les politiques publiques kanak, un colloque baptisé « Quel Projet de société trente ans après 1984 : diversité, pluralisme juridique et identité kanak» sera organisé les 25, 26 et 27 juin 2015, à Koné.

Ce colloque est sous-titré « Quelle prise en compte de la dimension autochtone en tant que composante sociétale de la dimension historique, territoriale, culturelle, sociale, économique de la Nouvelle-Calédonie ? »

Un an après l’adoption et la proclamation de la Charte du peuple kanak qui constitue le contenu du panier porté par les autorités coutumières, dans le projet de société du pluralisme juridique coopératif et de la diversité culturelle, ce colloque vise à interroger les forces vives et les partis politiques sur leur vision de l’avenir du pays, par le biais d’un questionnaire.




Le Sénat Coutumier organise un colloque : Quel Projet de société trente ans après 1984

Ce questionnaire comprend 2 volets :

            - un volet, clarification du débat avec le bilan des politiques publiques et institutionnels menés en référence aux mesures de décolonisation et aux principes du partage du pouvoir et des responsabilités ;

            - un volet « projet de société nouvelle avec l’identité kanak et la diversité culturelle ». Quelles institutions pour l’avenir ?

 
1er volet : Clarification des termes du débat sur le projet de société induit par les trente ans de l’accord de Matignon et de Nouméa

 

En trente ans, de 1985 à 2015, la réalité institutionnelle, socio-culturelle et économique a évolué et des changements structurels maîtrisés ou non maîtrisés, visibles et invisibles sont en cours.

 

    a) Le processus historique : quel est la vision développée par chacun sur :

- la colonisation ;

- la décolonisation ;

- le régime de l’indigénat, la création des réserves, les terres coutumières et le lien à la terre ;

- les Accords de Matignon et Oudinot ;

- l’Accord de Nouméa et le préambule de l’Accord de Nouméa ;

- le destin commun et la citoyenneté calédonienne ?

 

    b) La création et la marginalisation des institutions coutumières ?

 

    c) Quelles sont les stratégies développées dans la gouvernance institutionnelle ? Quelles sont les limites constatées du partage des compétences ?

- provincialisation, déconcentration et décentralisation du pouvoir institutionnel, quel bilan ?

- provincialisation et partage des responsabilités ?

- provincialisation, partage du pouvoir et nouvelles réalités spatiales ?

 

    d) Le modèle de développement économique et la malédiction du nickel ?

 

    e) le bilan des politiques publiques

 
2ème volet : le futur schéma institutionnel

 

    a) L’exercice des compétences : niveau local, niveau provincial et niveau pays

 

    b) Les institutions de représentations démocratiques : le rôle du politique ?

Les institutions coutumières : le rôle du coutumier et la place de la légitimité coutumière ?

Les institutions consultatives ?

 

    c) Les institutions administratives républicaines

            - la justice

            - l’enseignement

            - la santé

            - la culture

            - le sport

            - l’ordre public

            - la protection de l’environnement et le développement durable

 

    d) Les institutions administratives de l’Identité kanak et les politiques publiques de l’Identité kanak

 

    e) Quelle répartition des compétences entre le champ des politiques et de la démocratie élective et le champ de la légitimité coutumière et collective ?

 

                                              
Les perspectives 2015 à 2018 définies par les institutions coutumières

 

1) Faire aboutir le projet de société du peuple kanak fondé sur le pluralisme juridique et la reconnaissance de l’Identité Kanak, poteau central du pays. Cela passe notamment par un contrat de plan de l’identité kanak, dont le premier objectif sera de rattraper par des mesures de décolonisation volontaristes, le décalage et le déséquilibre sociétal qui continue de se creuser entre le peuple kanak et les autres communautés.

 

2) Se positionner en tant que peuple autochtone dépositaire de son droit à l’auto détermination et en application du principe du consentement préalable, libre et éclairé, sur le schéma d’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie




 

Florence Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune