Connectez-vous

Le FPU propose de troquer le Gouvernement contre la Province Sud

Dimanche 8 Février 2015

Conférence de presse ce dimanche, en présence de nombreux élus et personnalités du Front pour l'Unité dont Thierry Santa, Harold Martin, Virginie Ruffenach, Georges Naturel, Simon Loueckhote, pour officialiser une proposition de sortie de crise.



Le FPU d'accord pour laisser la Présidence du Gouvernement à Calédonie Ensemble contre celle de la Province Sud

Dans le communiqué, le FPU précise après avoir fait "le constat dès le début de la mandature que CGS signifiait: Comment Gouverner Seul".
Après  avoir relevé, une série de coups de canif dans le contrat, Philippe Gomès "sans raison valable prend l'initiative de faire chuter une nouvelle fois le gouvernement dans le seul objectif d'en récupérer la présidence".
"Le 31 décembre dernier, un gouvernement identique au précédent est élu mais sans président. Calédonie Ensemble n'a pas de plan B pour solutionner la situation ainsi créée"
Philippe Gomès évoque le retour aux urnes et interpelle l'Etat lors d'une séance de questions au Gouvernement à l'Assemblée Nationale. La Ministre des Outre-mer Georges Pau Langevin et le Président de la commission des lois de l'Assemblée Nationale, Jean-Jacques Urvoas ont tous deux balayé d'un revers de main cette éventualité, précisant que la solution de la crise était dans les mains des politiques calédoniens.

Après avoir entendu le ras-le-bol des calédoniens, le Front pour l'Unité propose donc que Calédonie Ensemble récupère la Présidence du Gouvernement, mais dans un esprit de partage des responsabilités estime légitime que la Présidence de la Province Sud revienne au Rassemblement-UMP/Front pour l'Unité afin de respecter les résultats des dernières élections.

"Ceci ne remet pas en cause l'attribution de la Présidence du Congrès au troisième partenaire l'UCF", précise le communiqué.

Voilà donc le député Gomès au pied du mur avec cette proposition du FPU.
Refuser, c'est enfoncer encore plus la Nouvelle-Calédonie dans une crise institutionnelle qu'il a déjà créée.
Accepter c'est plier devant le Front pour l'Unité, tout ça sous l'œil de moins en moins compréhensif et complice des institutions métropolitaines...



 

Frédéric Dhie



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune