Connectez-vous

Le Comité de Pilotage de Saint-Louis en action

Vendredi 19 Décembre 2014

La promesse a donc été tenue et comme il avait été annoncé, la deuxième séance du COPIL a bien eu lieu avant la fin de l’année. A son ordre du jour : la désignation des représentants des associations au sein du COPIL, l’adoption d’une méthode et d’un calendrier de travail, et l’examen de la proposition de redéploiement de crédits du contrat d’agglomération.




Placé sous l’égide du président de la province Sud, ce COPIL s’est tenu en présence du haut-commissaire Vincent Bouvier, du maire du Mont-Dore Éric Gay, des représentants de l’aire Djubéa Kaponé, des chefferies Wamytan et Moyatéa et de la population (associations de jeunes, de femmes)… Si le gouvernement n’était pas présent, tous les membres du COPIL ont pris part à cette séquence de travail sous la Case des Communautés de la Mairie du Mont-Dore.

Une composition élargie à plus de jeunes

Il a été acté, à la demande de l’association des jeunes générations de la tribu de Saint-Louis, que ce ne soient plus deux représentants de jeunes pour chacune des deux chefferies (comme le stipule la délibération portant création du COPIL) a être habilités à siéger lors des réunions plénières du Comité de pilotage, mais 7, soit un représentant des jeunes par quartier de la tribu. Cette première décision du COPIL s’accompagne de deux autres dispositions : chaque séance du COPIL ainsi élargie se tiendra une fois tous les deux mois et entre chaque réunion plénière s’intercaleront des séances de travail en sous-comités et des groupes de travail thématiques pour traiter concrètement et un à un l’ensemble des dossiers. Le COPIL a donc décidé la mise en place de 5 groupes de travail (voir encadré). Il restera à en désigner les participants et les animateurs référents, ce qui sera fait d’ici la rentrée 2015.

Une stratégie d’action pour 2015

La méthode et le calendrier d’actions découleront des conclusions du diagnostic social actuellement en cours. L’étude, lancée suite à la remise en route du COPIL le 23 septembre dernier, est aujourd’hui réalisée à 75 %. Lors de cette enquête, plus d’une centaine d’entretiens individuels semi-directifs, directement auprès des jeunes, des familles, des membres d’associations, des responsables coutumiers et d’intervenants extérieurs (MIJ, éducateurs, agents de probation…), ont été effectués. Cette étude qualitative et non statistique permettra de recueillir les différentes perceptions des problèmes. Mais s’en dégagent déjà des idées fortes, comme celle que c’est de la revalorisation sociale et culturelle au travers d’actions auprès des très jeunes (dès 10 ans), que peut venir en partie la résolution des tensions. Une fois le diagnostic achevé, fin janvier, les conclusions de cette analyse seront présentées en COPIL au mois de mai. Elles comprendront des propositions concrètes dont tout l’intérêt réside dans le fait qu’elles émaneront de la population elle-même.

Une centaine de millions de francs dédiée

En clôture de séance, le président de la province Sud Philippe Michel, a fait une annonce relative à l’important budget dégagé pour la future mise en œuvre des projets. « Une première enveloppe de crédit d’une centaine de millions de francs, indépendamment des interventions courantes des services administratifs, est aujourd’hui disponible », a déclaré Philippe Michel en détaillant la répartition des fonds. On en retient le redéploiement des fonds disponibles dans le contrat d’agglomération grâce auquel, après paiement de l’étude en cours, 65 millions de francs seront disponibles. À cela s’ajouteront 15 millions spécialement affectés par la province Sud au titre des chantiers d’insertion, et peut-être plus encore, suite à la décision modificatrice du budget primitif 2015 de la collectivité, qui devrait intervenir courant mars après la confirmation de la réallocation de la taxe sur les jeux au profit de la province Sud. Un budget qui permettra d’alimenter, entre-autres, les projets de la nouvelle cellule Insertion de la DEFE qui s’attachera en particulier au développement de Yaté et de Saint-Louis, cellule pilotée par Nathalie Lemagne, également coordinatrice du COPIL de Saint-Louis.

 



FLG/Province Sud



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune