Connectez-vous

Le Billet Amer : Comme prévu, la réunion du GTPS n’a rien réglé.

Samedi 12 Septembre 2015


"Comme prévu, la réunion du GTPS n’a rien réglé. Il ne pouvait en être autrement puisqu’il s’agit d’une structure consultative, réunissant les présidents des institutions et les signataires de l’Accord de Nouméa, sans aucun pouvoir de décision. Une majorité s’est cependant dégagée en faveur de l’ouverture des exportations de latérites vers la Chine pour une période fixée et des volumes limités."




De quoi alimenter, si c’était nécessaire, la revendication des rouleurs et en arrière-plan des petits mineurs qui, depuis l’origine du conflit, réclament cette option. Aucune des parties en cause n’ayant apparemment évolué malgré la signature du protocole décidant de ne rien décider, le risque de reprise des hostilités reste probable dans les jours à venir.

En cause, la doctrine nickel, portée par la Province Nord, dont l’enjeu économique visible masque le véritable objectif, le choix idéologique de société. D’où cette intransigeance observée de part et d’autre malgré les risques graves de déstabilisation du Territoire. D’où cette fracture constatée dans les deux camps qui avive les conflits internes chez les indépendantistes et chez les partisans du maintien dans la République.

Cette situation, pour l’heure sans issue perceptible, met en lumière également les limites d’une organisation institutionnelle dépassée par l’évolution radicale du contexte politique, économique et social depuis la signature de l’Accord de Nouméa en 1998. D’abord le repli des provinces sur leur pré carré, véritable partition de fait qui met définitivement de côté la vision « pays », mais aussi l’obsolescence de notre gouvernement local, son mode de désignation et son fonctionnement rendus ingérables par la balkanisation de la représentation politique. Ce qui pouvait se concevoir alors, la collégialité intégrale avec deux partis dominants, les signataires historiques RPCR et FLNKS, n’est à l’évidence plus possible avec cinq mouvements représentés au sein de l’Exécutif. Le spectacle qui nous est offert quotidiennement le démontre amplement.

Ces carences s’étalent publiquement aujourd’hui alors que la perspective de sortie du processus en cours va peser de tout son poids sur la marche des institutions. Un handicap supplémentaire certain pour la gestion des affaires de la Nouvelle-Calédonie et pour les échéances de fin de parcours.

L’Aigre Doux

 

PM



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune