Connectez-vous

La crise « requins à Poé » : l’heure est au bilan

Jeudi 23 Juin 2016

Après 10 semaines de gestion concertée de crise « requins à Poé », l’heure est au bilan et aux perspectives avec en ligne de mire un objectif : tirer les enseignements de cet épisode pour assurer la sécurité des utilisateurs du lagon.




Province Sud, commune de Bourail, gendarmerie, Institut de recherche et de développement, tous ont travaillé de concert pour gérer cet épisode « totalement atypique et anormal » aux dires de Laurent Vigliola, chercheur et biologiste marin de l'IRD. Sécurisation des usagers par arrêté municipal d’interdiction temporaire de baignade , interdiction de rejet de déchets par arrêté communal, alternance de périodes d’observation (aérienne et maritime), de capture, baguage et déplacements de requins tigres avec le concours technique et scientifique de l’IRD, recherche de stimulis alimentaires volontaires (carcasses, viscères) ou plus diffus (eaux usées, engrais…) et enfin, étude d’un plan de balisage et de surveillance, toutes les mesures nécessaires ont été prises pour assurer au maximum la sécurité des usagers.

Aucun grand requin observé depuis 15 jours

« La méthode mise en place, capture, baguage et déplacement des requins, a porté ses fruits » indique le président de la province Sud. Et le bilan des 4 campagnes est clair : 1 requin tigre a été  tué, 5 requins tigres ont été capturés, bagués et déplacés, 28 autres requins pêchés et relâchés sur place, avec  une observation ULM tous les 3 jours. Et surtout, «depuis la dernière campagne de capture en date du dimanche 5 juin, aucun grand requin n’a été observé aux abords des zones de baignade et le seul qui est observé épisodiquement se situe entre le Sheraton et la faille aux requins. Conclusion : les requins capturés et déplacés ne reviennent pas dans la zone de baignade et on n’en observe pas d’autres » précise Philippe Michel. Une cinquième campagne de capture est prévue cette semaine (du 20 au 26 juin inclus) dans le but de capturer, baguer et déplacer le seul requin-tigre repéré dans le lagon de Poé. Si aucune capture n’est effectuée dans les zones concernées, la réouverture de la baignade est envisagée au 1er juillet, avec un plan expérimental de surveillance.

 

Et pour l’avenir ?

« Il faut désormais se pencher sur la façon dont nous traiterons un tel épisode s’il venait à se reproduire, explique Philippe Michel, car le risque zéro n’existe pas. » « Nous avons en effet peu de recul sur le sujet et malgré certaines hypothèses non vérifiables pour le moment, on peut dire que nous ne savons pas pourquoi ce requin est, ou était, présent dans le lagon de Poé » confirme Laurent Vigliola. La seule mesure efficace est donc la mise en œuvre d’un plan de balisage et de surveillance. «Ces plans sont très coûteux, de l’ordre de 15 millions pour le balisage et de 10 millions par tours de surveillance, mais au vu de l’impact sur la sécurité mais également économique, nous ne pouvons pas ne pas financer » déclare le président de la province Sud. Egalement en cours, un plan de soutien aux entreprises de la zone. Le prix du retour au calme et à la sérénité sur le lagon de Poé !

 

Un plan de balisage sur 300m

Etudié depuis deux ans et ayant reçu un avis favorable de la commission des affaires maritimes fin 2015, le plan de balisage, s’il ne règle pas à lui seul la problématique de la surveillance contre les requins, est important pour régler les conflits d’usage sur le lagon et permettre un plan de surveillance sur les zones délimitées.

Début des travaux du plan de balisage : mercredi 22 juin 2016

Fin des travaux : novembre 2016

Un plan de surveillance

Selon une technique utilisée en Australie, aux USA ou en Afrique du Sud qui a fait ses preuves, une  observation par point haut sera installée. Pour fonctionner sur Poé, cette observation doit être faite sur terre, à 5 m de haut. 2 tours seront installées en priorité (zones 1 – Face du camping de Poé et 3 – Mutuelle des Fonctionnaires) d’ici la fin de l’année.

Objectifs : Respect des zones, surveillance et interventions dans la zone des 300m et poste de secours

Fonctionnement : 3 pompiers volontaires.

Des systèmes complémentaires, en cas de recrudescence de requins (filets amovibles, surveillance aérienne du lagon, à intervalle régulier, par avion ou drone) sont à l’étude. L'objectif de cette surveillance globale est de détecter de manière précoce la survenue éventuelle d'un autre évènement de regroupement de requins, d'en tirer les conséquences en termes de sécurité publique, et de rassurer complètement les usagers du lagon.

Un plan d’assainissement global de Poé

Le développement urbain et l'augmentation de la fréquentation touristique pendant les week-end et les vacances scolaires posent l'enjeu de l'assainissement global de la zone. Il est donc étudié la mise en place d’un plan d’assainissement global de Poé, en direction de la plage et des riverains.

Source Province Sud



Environnement | Les videos | Les archives