Connectez-vous

La Calédonie produit son riz

Mardi 9 Mai 2017

Qu’il soit rond, collant ou parfumé, 9000 tonnes de riz sont consommées par an. L’appétence des calédoniens pour cette céréale n’est plus à démontrer. Dans le cadre de sa PPAP*, la province Sud aidée de la Technopole et de l’ERPA développe cette nouvelle filière. Cette première récolte va être ressemée à la fin 2017 pour être à maturation quatre mois plus tard.
Le rendez-vous est donné à Boghen, le 25 avril, sur la parcelle de Patrice Robelin - nouveau - cultivateur de riz. Professionnels et techniciens provinciaux sont réunis pour constater la faisabilité de cette nouvelle culture qui répond à un double objectif : nourrir les calédoniens et diversifier la production céréalière.





Du maïs à la saison fraîche, du riz à la saison chaude

« La relance de l’agriculture calédonienne doit passer par la filière céréalière », annonce Laurent Desvals, directeur adjoint de la DDR*, en charge de la mise en œuvre de la PPAP. « Le riz est la céréale la plus adaptée pour être cultivée ici», ajoute-t-il.  La production espérée en province Sud est de 22 400 tonnes toutes céréales confondues pour 2025 (contre 4 300 tonnes en 2014) et correspond à une mise en culture de plus de 3 200 hectares (contre 550 ha en 2014). La production de maïs s ‘opère en saison fraîche. Dans une rotation des cultures, le riz, qui supporte les aléas climatiques, serait donc produit en saison chaude. Le réintroduire est une manière d’accroitre le rendement des parcelles.

« Aujourd’hui, c’est la fierté qui l’emporte »

Avec émotion, Patrice Robelin, premier semencier de riz du pays, ajoute que  « si il n’y a pas un cobaye pour s’y essayer, la filière ne pourra pas se développer ». « En tant qu’agriculteur, c’est une aubaine » analyse-t-il. Avisé, le cultivateur attend les récoltes pour estimer les volumes de production. La primo-moisson permettra de produire les futures semences du riz du territoire. Sur les 60 hectares, la récolte s’annonce abondante et de qualité, car relativement épargnée par le cyclone Cook.

Des perspectives encourageantes pour la filière

« Le riz se pose en levier agronomique qui va améliorer le contexte de production », précise Rémy Kulagowski, ingénieur céréalier à la province Sud.

A terme, l’objectif est donc d’inciter les producteurs à envisager des systèmes de cultures innovantes, économes et performantes, tout en répondant à l’attente du consommateur avec un produit local et de qualité. Cette production agro-écologique pourrait bien faire des petits. « Introduire une légumineuse comme le soja dans les rotations sera une prochaine étape », conclut Rémy Kulagowski.

 

*DDR : Direction du Développement Rural de la province Sud

* Politique Publique Agricole Provinciale (PPAP)

Source province Sud



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte