Connectez-vous

La BEI prête à prêter

Jeudi 2 Novembre 2017

Ce lundi 30 octobre, Jean-Louis d’Anglebermes, vice-président du gouvernement, a reçu Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI). Une visite d’information très prometteuse, d’autant que la BEI vient de signer deux nouveaux accords, avec la BCI et l’AFD.





Ambroise Fayolle a présenté succinctement les différents outils mobilisables en Nouvelle-Calédonie, « à des conditions extrêmement favorables », et éventuellement combinables avec d’autres dispositifs européens ou internationaux. Il a rappelé que le dernier projet d’envergure avait été le financement du Médipôle avec l’Agence française de développement (AFD) et que les deux secteurs prioritaires de la BEI étaient le changement climatique et le soutien au développement des énergies renouvelables, ainsi que l’appui aux petites entreprises privées.

Ça tombe bien, la BEI vient d’accorder à la BCI un prêt de 20 millions d’euros pour lui permettre de financer des projets portés par des entreprises de moins de cinq salariés ou installées en Brousse. Elle a également passé un nouvel accord avec l’AFD. Explications de son vice-président : « Nous avions signé un prêt qui concernait les DOM, auquel les TOM n’étaient pas éligibles. Nous avons depuis changé la réglementation pour faire bénéficier les PTOM de ce dispositif. Et nous venons de nous engager sur une enveloppe de 30 millions d’euros que l’AFD réservera aux PTOM comme la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française ou encore Saint-Pierre et Miquelon ».

Lors de cette visite d’information, il a aussi été question de « zones de croissance » sur la côte est et aux Loyauté, dans des régions privées de bassin d’emplois, et en particulier d’un projet  autour de Hienghène qui tient à cœur à Jean-Louis d’Anglebermes et qui allierait tourisme, développement durable et numérique. À la clé, des centaines d’emplois pour des jeunes désœuvrés et désireux avant tout de rester sur leurs terres et de ne pas « descendre » vivre à Nouméa.

Favoriser le développement des énergies renouvelables

La délégation calédonienne a également évoqué devant ses visiteurs la situation de communes comme celle de Bélep, ravitaillée par les corbeaux, où les habitants doivent prendre l’avion jusqu’à Koumac pour leurs démarches administratives. « Afin de fixer les populations sur leurs lieux de vie, il faudrait qu’elles puissent disposer d’outils bancaires près de chez elles », a précisé Alain Pidjot, directeur adjoint de Fiposte, la filiale de l’OPT qui travaille sur le projet de banque postale.

Plus tôt dans la matinée, le Service de la coopération régionale et des relations extérieures du gouvernement (SCRRE) avait organisé une réunion technique avec les clusters (maritime, expertise et innovation, agroalimentaire, énergies renouvelables, export, déchets, maintenance, éco-construction) et les représentants des trois provinces. L’opportunité de présenter un certain nombre de projets calédoniens – barrage de Pouembout, centrales photovoltaïques, dock flottant pour le carénage de navires de grande taille… – et de voir dans quelle mesure la BEI pourrait aider à leur financement. Le n° 2 de l’institution y réfléchit déjà : « Vu que la BEI est liée à l’Accord de Paris sur le climat, que la Nouvelle-Calédonie s’est dotée d’un schéma pour la transition énergétique très ambitieux, que la conscience des porteurs de projets relatifs aux énergies renouvelables est de plus en plus aiguisée, ça vaudrait le coup d’étudier de nouvelles possibilités de financements. Dans ce cadre, l’Agence calédonienne de l’énergie (ACE-NC) pourrait être un bon interlocuteur ».

Les délégations

Outre Ambroise Fayolle, ont participé à cette réunion Grégoire Chauvière Le Drian, conseiller de M. Fayolle, Samuel Miquel, responsable des opérations financières, Adam Bruun, chef du bureau régional de la BEI pour le Pacifique, ainsi que Tomas Mateo-Goyet, nouveau chef du bureau de l'Union européenne pour les Pays et territoires d'outre-mer (PTOM) du Pacifique. Jean-Louis d’Anglebermes était accompagné (photo) de Ronald Frère, l’un de ses chargés de mission, d’Alain Pidjot, directeur adjoint de Fiposte, la filiale de l’OPT qui porte le projet de banque postale, et d’Anne Lefeuvre, chargée de mission pour les affaires européennes au Service de la coopération régionale et des relations extérieures du gouvernement (SCRRE).

Source gouvernement



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte