Connectez-vous

LR : Sécurité en Nouvelle-Calédonie : une réunion inédite à Paris

Lundi 7 Novembre 2016

Communiqué des Républicains
En déplacement à Paris dans le cadre du Comité des signataires, Bernard DELADRIERE, Pierre FROGIER, Eric GAY, Virginie RUFFENACH et Thierry SANTA ont participé à une réunion consacrée à la sécurité et à la lutte contre la délinquance en Nouvelle-Calédonie.



Réunion "sécurité en Nouvelle-Calédonie" au Ministère de l'intérieur le 5 novembre
Réunion "sécurité en Nouvelle-Calédonie" au Ministère de l'intérieur le 5 novembre
Bernard CAZENEUVE, Ministre de l’Intérieur accompagné du Ministre de la justice et de la Ministre des Outre mers a remercié Eric GAY, le Maire du Mont-Dore pour sa gestion de la crise lors des événements qui ont eu lieu à la tribu de Saint-Louis le week-end dernier. Ce dernier a annoncé des mesures dont le but de rétablir l’ordre en Nouvelle-Calédonie. 

Plusieurs mesures demandées par notre groupe Les Républicains au Congrès ont d’ailleurs été reprises par le Gouvernement. Afin de renforcer la coordination des forces de police et de gendarmerie sur le territoire : la Direction de la sécurité publique, gestionnaire de la Police Nationale sera désormais coordinatrice de toutes les forces, sous l’autorité du haut-commissaire de la République.

En réponse à notre proposition de renforcer les effectifs des forces de sécurité, le Ministre de l’Intérieur a annoncé la création d’une brigade de prévention de la délinquance juvénile ainsi que l’envoi de 53 policiers et gendarmes supplémentaires dès février 2017. Notre demande de voir le retour des policiers calédoniens exerçant en Métropole a aussi était acceptée.

Enfin, quatre nouvelles gendarmeries dans les communes de Mont-Dore, Dumbéa, Païta et Bourail viendront compléter les moyens matériels des forces de l’ordre annoncés lors de cette réunion à la Place Beauvau.

Nous avons affirmé lors de cette rencontre la nécessité d’un climat apaisé face aux enjeux d’avenir qui sont les nôtres et le retour de l’Etat de droit sur le territoire. Nous avons également affirmé que la consultation brutale « pour ou contre » l’indépendance, prévue actuellement, clive la Nouvelle-Calédonie en deux camps qui se radicalisent. Ceci est à l’origine des extrémismes que nous vivons actuellement et qui portent des actes violents.

Source LR



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune