Connectez-vous

L'indépendance est une idée romanesque sans projet solide ni traduction concrète, par Isabelle Boewa-Mi

Vendredi 6 Octobre 2017

Isabelle Boewa-Mi porte parole de TOUS Calédoniens devant la 4e commission de décolonisation de l'ONU le 05/10/17.
Monsieur Le Président,
Mesdames, Messieurs les membres de la commission.
Je vous remercie de me permettre de m’exprimer devant vous avec humilité, moi femme mélanésienne métisse, fière et heureuse de vivre avec les deux cultures que m’ont apportés ma mère mélanésienne de la Grande-Terre et mon père venu du Sud de la France qui en fondant une famille, incarnaient le destin commun il y a plus de 50 ans , sans formalisme aucun.



Isabelle Boewa-Mi porte parole de TOUS Calédoniens devant la 4e commission de décolonisation de l'ONU le 05/10/17.
Isabelle Boewa-Mi porte parole de TOUS Calédoniens devant la 4e commission de décolonisation de l'ONU le 05/10/17.

Je souhaite aussi remercier mes grand frère et oncles, défenseurs de la Nouvelle-Calédonie dans la France (Auguste Parawi Reybas, Victorin Boewa, Delin Wema, Wacolo Pouye, Henri Weta et bien d’autres) qui me permettent ainsi de parler librement conformément à une valeur phare de la France – la liberté.
Aujourd’hui, la France garantit la paix et la concorde entre les communautés et à l’intérieur même de nos tribus, elle sert de lien entre tous, elle nous apporte des garanties en matière de respect des droits de l’homme, de justice et d'équité de traitement.
Le modèle social français offre un niveau eleve de qualité de vie et permet une protection en matière de santé, de retraite, de logement social dont profitent notamment les plus démunis.
Le système éducatif d’inspiration française offre la gratuité de l’enseignement de la maternelle à l’Université et permet aujourd’hui à de nombreux jeunes mélanésiens d’accéder à des postes à responsabilité de très haut niveau (médecins, ingénieurs, enseignants, cadres supérieurs..). Je suis moi-même cadre en charge du dialogue social dans une grande entreprise calédonienne.
La Nouvelle-Calédonie avec ses 280 000 habitants n’a pas la capacité d’assurer sa défense dans une zone aujourd’hui menacée par le terrorisme, les trafics, les tensions géopolitiques, ni la protection des siens en cas de catastrophe climatique. 
A la moindre difficulté, nous serions contraints de faire appel à des pays extérieurs dont nous deviendrions dépendants à nouveau. La sécurité des plus faibles et démunis notamment les femmes et les enfants ne serait plus garantie. Des tensions intercommunautaires et ethniques ne manqueraient pas de survenir alors que nous connaissons déjà ce type de conflit au niveau de nos jeunes mélanésiens et wallisiens, comme nous avons pu le voir il y a quelques jours. Sans l’intervention des forces de l’ordre françaises et de leur équipement, l’histoire se serait conclue de manière tragique.
Les points de vue différents doivent être respectés ; le courant indépendantiste existe, mais il n’est pas seul. Aujourd’hui, les avis sont très nuancés chez les mélanésiens, alors que nous nous trouvons à quelques mois d’une échéance déterminante pour la Nouvelle-Calédonie. Il est par conséquent particulièrement important d’entendre et de prendre en compte l’opinion des non indépendantistes. Cette prise en compte est une des conditions pour garantir la paix entre tous. 
Nous nous demandons donc : «Pourquoi l’indépendance ? », « Quel intérêt et quoi de mieux qu’aujourd’hui pour la population dans leur vie de tous les jours ? », « Quelles garanties en matière de liberté, de développement humain ? » 
L’indépendance est aujourd’hui une idée romanesque sans projet solide ni traduction concrète. 
Aussi, nous ne pouvons nous résigner à sacrifier le bien-être de nos populations pour ce seul idéal et nous ne voulons pas « lâcher la proie pour l’ombre ». En revanche, nous croyons pouvoir réussir pour la première fois une décolonisation sans l’indépendance.
Merci de votre attention.

Source Tous Calédoniens



Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations