Connectez-vous

L’accord de Nouméa à Matignon : le 14e comité des signataires s'est déroulé à Paris du 4 au 6 février

Lundi 8 Février 2016

Jeudi, à Matignon, le Premier ministre Manuel Valls a ouvert le 14e comité des signataires qui se déroule à Paris du 4 au 6 février. Les travaux portent sur trois dossiers principaux : les listes électorales pour les Provinciales, la sortie de l’Accord de Nouméa et le nickel.





Manuel Valls a tout d’abord rappelé l’engagement de l’État et de ses partenaires à tout mettre en œuvre pour « régler définitivement un litige électoral qui a trop pollué la vie calédonienne ». Sur l’après-Accord de Nouméa, le Premier ministre a proposé de sortir de ce comité avec une « méthode de discussion sur la préparation de l’avenir institutionnel, susceptible de donner des résultats concrets ». Quant au dossier nickel, qui constitue « un risque économique, social et financier pour toute la Nouvelle-Calédonie », il convient de tout tenter, tous ensemble, État, institutions, opérateurs industriels et syndicats, pour apaiser les esprits et surtout trouver des solutions.
Manuel Valls a confié que selon lui, le conflit des rouleurs « aurait pu être, sinon évité, du moins canalisé et davantage maîtrisé » et réaffirmé que « les menaces proférées contre des élus de la République, contre un député ou contre le président du gouvernement [étaient] inacceptables ».

Ringard plutôt que Constans

Autre sujet d’actualité, la nomination de Jean-Charles Ringard-Flament comme vice-recteur, en dépit du souhait de l’ensemble de la classe politique locale de voir le Calédonien Claude Constans accéder à ce poste. « Ce candidat a été reçu et n’a finalement pas été retenu, a expliqué Manuel Valls. Il lui a été préféré un candidat connaissant parfaitement bien les rouages de l’administration centrale de l’État, ce qui est essentiel dans la perspective d’un éventuel transfert de compétences ». Mais, a-t-il précisé, « il ne s’agit pas pour autant d’une quelconque reprise en main politique ».
Enfin, en matière de sécurité, le Premier ministre s’est ému de la brusque montée des actes de délinquance. Meurtre, agression de surveillants au Camp-Est, caillassages à répétition des forces de l’ordre, attaques à la voiture-bélier… Il a annoncé avoir demandé au ministre de l’Intérieur de lancer un audit commun de l’Inspection générale de la police nationale et de celle de la gendarmerie nationale, afin de lui faire des propositions tant sur les moyens que sur l’organisation des services.
Le Premier ministre français a par ailleurs confirmé sa venue en Nouvelle-Calédonie du 10 au 13 mars prochain.




Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune