Connectez-vous

Hommage aux victimes des attentats de Paris par l'UNI

Lundi 23 Novembre 2015

"DECLARATION DU GROUPE U.N.I AU CONGRES DE LA NC, SEANCE PUBLIQUE DU LUNDI 16 NOVEMBRE 2015

Monsieur le Président du Congrès,
Monsieur le Président du Gouvernement,
MM. les Membres du Gouvernement,
MM. les Conseillers,
Nous nous sentons petits et nous devons rester humbles devant l’horreur des évènements tragiques qui viennent de secouer la France et l’ampleur de l’indignation nationale et mondiale qu’ils provoquent..
Nos pensées vont à toutes ces familles qui sont touchées dans leur chair. Leur intime douleur mêle à l’incompréhension générale que de tels actes les touchent au nom de crises qui trouvent leurs sources dans des contrées très lointaines."




"Monsieur le Président, mes chers collègues, lorsque la vie est ôtée par des actes commis avec un tel sang-froid et au nom de motivations idéologiques, religieuses etc. éloignées de la raison et du sens que nous voulons donner à nos vies individuelles et collectives, nous sommes interpellés dans l’exercice des fonctions que nous assumons et sur le sens que nous donnons à la responsabilité publique qui nous a été confiée.
Les drames qui viennent de se dérouler sous nos yeux à PARIS nous renvoient en miroir les tragédies humaines qui ont jalonné ce monde depuis le XXème siècle. Comme si, l’humanité vit à contrecoups les effets de l’histoire de la conquête du monde durant le XVIIIème et le XIXème siècle.
Alors que nous sommes seulement à l’aube d’une nouvelle ère pour notre pays, ce qui est aujourd’hui en jeu dans le système monde auquel nous appartenons pleinement, c’est la redéfinition de relations internationales construites durant le XXème siècle entre les Etats, les peuples et les individus.
Au-delà, nous voulons y voir la recherche d’un nouveau modèle de vivre ensemble, entre les peuples, entre les communautés et la signification des valeurs de liberté, de fraternité, d’égalité, de diversité et de démocratie aujourd’hui.
Faut-il pour autant dans cette entreprise de construction permanente de l’humanité, mettre sous condition « la vie » alors même qu’elle est l’essence, le sens et le but de toute organisation sociale ? Nous disons non.
Aucun Dieu, aucune foi, aucune religion quel qu’il soit ne saurait être une justification suffisante pour ôter la vie à des êtres humains, de surcroît dans des lieux de culture et de sports dont la fonction est d’être au service du bien-être et du lien social.
Monsieur le Président, mes chers collègues, ce drame, nous enseigne en toute humilité deux choses.
Les fanatismes, les extrémismes se nourrissent d’histoires des peuples et des sociétés qui, dans leurs constructions, n’ont pas réussi à produire des systèmes capables de répondre aux défis de justice humaine et d’équité sociale qui en font le lit.
Nous vivons aussi chez nous des processus de fabrication de violences qui se nourrissent de l’injustice et de l’excès et nous devons prendre garde qu’ils ne soient la traduction de nos manquements.
Ces raisons ne doivent aucunement nous détourner de l’intime conviction que la violence dans toutes Ses formes, ne saurait présider à la destinée des peuples et des sociétés, même chez nous.
Au terme de cet hymne à la vie que je me suis permis de louer au nom du groupe UNI en ces circonstances particulières, je voudrais à nouveau renouveler nos pensées les plus sincères aux familles des victimes et associer notre groupe et nos responsables à la solidarité exprimée au nom du peuple calédonien par les responsables de nos institutions."
Le Président du Groupe UNI
Louis MAPOU




Politique | Société | Les videos | Entreprises | La Culture | Environnement | Les sports | Sciences | L'actualité | La vie des communes | Qui sommes-nous? | Océanie | Vu sur le Web | La vie des associations