Connectez-vous

EPLP :Objet : exploitation du minerai de nickel en Nouvelle-Calédonie

Samedi 29 Août 2015

"Les environnementalistes d’EPLP souhaitent rappeler que le 25 juin 2011 (cf PJ), ils demandaient un moratoire général sur les autorisations minières le temps de réaliser un bilan général, social-sociétal, économique, sanitaire et environnemental de l’exploitation minière passée, d’organiser un débat public sur la place à donner au nickel dans notre économie, le temps aussi de « se mettre à niveau » en matière législative et réglementaire ainsi qu’en matière fiscale."



Communiqué EPLP du 28 août 2015


Plus de quatre années après, parce que bilan et débat n’ont pas été conduits en temps et en heure, le « conflit des rouleurs » s’éternise et menace dramatiquement le bien-être, l’activité et même la paix en Nouvelle-Calédonie.
La gestion réfléchie et maîtrisée des ressources minières de Nouvelle Calédonie est pourtant l’une des conditions principales de la politique de rééquilibrage (Nord-Sud et Est-Ouest) et donc de la réussite des accords de Nouméa pour un destin commun.
Les parties prenantes dans ce conflit sont toutes d’accord pour demander des « expertises sur les chiffres du roulage et des exportations de minerai ».
Il était temps ! Mais cela nous semble très partiel...
Elles sont aussi favorables à des « discussions ». Mais aucune d’entre elles n’envisage d’y associer la société civile, populations et associations. Seuls les « acteurs » professionnels et les élus semblent légitimes. Et pourtant*...
EPLP rappelle que les ressources minières sont des BIENS COMMUNS, PATRIMOINE INALIENABLE DES CALEDONIENS, que leur cession GRATUITE est une hérésie à l’heure:
- où le fonds pour les générations futures n’est pas abondé
- où la redevance d’extraction est dans les limbes
- où le budget calédonien enregistre un déficit de 10 milliards FCFP
- où deux sur trois des métallurgistes « locaux » ne paieront pas d’IS durant au
moins 15 ans
- où le coût de la réhabilitation des sites miniers orphelins est estimé par le
gouvernement à plus de 100 milliards et celui du désengravement des cours d’eau à
plusieurs centaines de milliards CFP...
Pour EPLP, la Présidente, Martine Cornaille

EPLP



Environnement | Les videos | Les archives