Connectez-vous

ECONOMIE DU BIEN COMMUN : LES DEFAILLANCES DU GOUVERNEMENT

Mardi 16 Août 2016

Par Pierre Brétegnier
Dans son dernier livre, le Prix Nobel d’économie Jean Tirole distingue deux défaillances de l’Etat dans la conduite des politiques économiques.
« La première en est la capture par les lobbies. On pense souvent aux amitiés et aux petits arrangements qui créent une connivence entre l’Etat et ceux qu’il est supposé réguler « . On a l’impression qu’il décrit les relations incestueuses de Germain avec la FINC !




« La seconde est qu’ « il est dans la nature des incitations en politique de vouloir être élu ou réélu : la tentation est grande de surfer sur les préjugés et le manque de compétences de l’électorat ». On a l’impression qu’il décrit la campagne du gouvernement en faveur de la baisse des marges !
En ce moment, le gouvernement calédonien cumule : il veut baisser les marges commerciales (pour faire plaisir à un électorat qu’il juge incompétent à discerner l’erreur manifeste) mais pas celles des adhérents de la FINC (pour préserver les « petits arrangements ») !
Jean Tirole poursuit : « les coûts politiques favorables à un groupe de pression sont souvent peu visibles par le reste de la collectivité (par exemple les contribuables et les consommateurs) mais leurs bénéfices hautement visibles au sein d’un groupe de pression hyper mobilisé ». On dirait qu’il parle des protections des entreprises de la FINC contre l’importation, surtout quand notre Prix Nobel ajoute le « choix délibéré de rendre les aides opaques » !
Le gouvernement calédonien a donc bien compris que s’il arrivait à continuer à jeter de la poudre aux yeux des électeurs et de l’or dans la poche des lobbies un long avenir lui serait assuré . C’est son souci essentiel, fût-il contraire à l’ « économie du bien commun ».
PB

Source FB Pierre Bretegnier



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune