Connectez-vous

Droit de réponse aux propos de M. Philippe Blaise dans l’édition de NC Presse du 25 avril 2015

Mardi 28 Avril 2015

Droit de réponse
Aux Propos de M. Philippe Blaise dans l’édition de NC Presse du 25 avril 2015
(La loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique et son décret d’application du 24 octobre 2007)



Silipeleto Muliakaaka dit 'Fiu", Président de la Commission de la jeunesse, des sports et des loisirs de la Province sud
Silipeleto Muliakaaka dit 'Fiu", Président de la Commission de la jeunesse, des sports et des loisirs de la Province sud
Monsieur le rédacteur en Chef, 
J’ai été mis en cause nommément  par Monsieur Blaise dans une mise au point du 25 avril 2015 publiée dans le site NC Presse et je vous demande de bien vouloir publier le présent droit de réponse. 
 Tout le monde  sait en effet que « Fiu »  n’est autre que Silipeleto Muliakaaka, élu Calédonie Ensemble à la province Sud. 
Monsieur Blaise tient à mon  sujet  des propos peu flatteurs selon lesquels  j’aurais organisé un « coup de force de CE » avec un  « commando d’une soixantaine de personnes emmenés par Fiu ». Ce prétendu « coup de force sauvage » étant soit disant organisé pour « récupérer l’image médiatique » d’un évènement préparé par d’autres. 
La vérité est toute autre. 
Calédonie Ensemble a jugé nécessaire de manifester en faveur du droit de vote  ouvert à tous les natifs du territoire. Notre parti politique aurait pu manifester seul mais il lui a semblé préférable de montrer à l’Etat que la famille politique opposée à l’indépendance pouvait se rassembler lorsque cela est nécessaire. 
Il n’existe donc aucun « coup de force », ni « aucun commando  sauvage » pour reprendre les expressions caricaturales de Monsieur Blaise,  mais le simple exercice d’une liberté fondamentale par des citoyens  français et calédoniens qui,  comme les autres,  ont le droit de manifester librement sur la voie publique, laquelle n’appartient pas  à un parti politique plus qu’à un autre. 
Je trouve désolant que pour masquer la grande difficulté rencontrée pour  rassembler leurs sympathisants,  certains partis  en soient réduits à interdire l’accès à  la voie publique dans le seul but d’éviter, une soit disant tentative récupération de « l’image médiatique de l’évènement ». Cela en dit long sur le profond désarroi dans lequel se trouve aujourd’hui un mouvement qui en est     réduit à s’accrocher à quelques mètres carrés de goudron pour survivre. 
Je souhaite en outre  rappeler que les militants de Calédonie Ensemble, que je conduisais effectivement sur le terrain, se sont conduits avec courtoisie,  y compris lorsque nous avons demandé le retrait de banderoles diffamatoires à l’encontre du député P.Gomès. 
Je trouve enfin pathétique la tentative d’opposer des « militants fidèles mais manipulés » à l’état-major du parti qui, dans l’ombre tirerait les ficelles. Ces propos traduisent malheureusement une vision de la politique qui n’est pas sans rappeler une période que je croyais révolue. 
Avec vingt années d’action syndicale et bientôt deux mandats politiques, je tiens à rassurer Monsieur Blaise : Je suis en capacité de penser par moi-même  et d’exprimer mon opinion comme je le souhaite, lorsque cela me semble nécessaire, sans avoir besoin d’être manipulé. 
Avec mes sincères salutations. 
Fiu. 

FLG/Fiu



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune