Connectez-vous

Des jeunes cités en exemple : Jules Garnier à l'honneur.

Vendredi 24 Juin 2016

Philippe Germain s’est rendu ce 24 juin au lycée polyvalent Jules-Garnier afin de féliciter les élèves ayant secouru leurs camarades lors de l’incendie accidentel survenu en classe de SVT le 31 mai dernier.



En présence du proviseur du lycée Patrick Retali et du vice-recteur Jean-Charles Ringard, Philippe Germain, un ancien de Jules-Garnier, a d’abord tenu à témoigner la solidarité du gouvernement aux victimes de l’accident. « Mais je voudrais aussi saluer l’esprit qui a prévalu lors de l’intervention des élèves venus en aide à leurs camarades, a-t-il souligné. Bravo pour votre courage ! C’est un bel exemple pour la jeunesse calédonienne, car on parle malheureusement trop souvent de celle en difficulté et qui bascule dans la délinquance. Vous, vous incarnez la jeunesse, pleine d’enthousiasme, qui étudie et qui réussit ».

Une classe d’âge qui a reçu une salve d’applaudissements lancée par le vice-recteur, lequel a insisté sur l’importance de la visite présidentielle, avant de féliciter le professeur de SVT pour son sang-froid et de l’assurer de la reconnaissance de l’institution.

Trois lycéennes blessées

Pour rappel, l'accident avait eu lieu un matin dans la salle J03 de l’établissement lors d’une séance de travaux dirigés de Sciences de la Vie et de la Terre avec des élèves de seconde. Alors que le maître-auxiliaire effectuait une manipulation expérimentale, à titre pédagogique, une explosion avait déclenché un départ de feu ayant blessé trois lycéennes et l’enseignant. L’une d’elles, Vaea, brûlée aux mains et au visage, a repris les cours depuis. « L’explosion s’est produite pendant que je me concentrais sur mes exercices. » Depuis, difficile de ne pas revoir les images défiler. La présence du président du gouvernement ? « C’est bien, ça prouve qu’il a pensé à nous », assure-t-elle, avant de donner le nom de deux garçons de sa classe, la seconde 211, qui n’ont pas été cités dans les remerciements : Moana et Florian. « Ce sont eux qui ont secouru les premiers Aimée et Myriam ! » Aimée reviendra bientôt en cours. Myriam, plus sérieusement touchée, poursuit sa convalescence à Maré.

Raeli (14 ans) et Palasio (16 ans) : « On a entendu une fille qui criait, on est sorti, on a vu le feu sur les tables ».
Raeli (14 ans) et Palasio (16 ans) : « On a entendu une fille qui criait, on est sorti, on a vu le feu sur les tables ».

Ils ont agi par réflexe

L’émotion encore à fleur de peau, Vaea s’éloigne en pleurs rejoindre sa bande, pendant que les « héros » du 31 mai répondent aux questions des journalistes. Parmi eux, Mathéo (17 ans), de Yaté, élève de Terminale S. Dès qu'il a entendu l'explosion, il a porté secours aux blessés et les a évacués. Il y aussi Palasio (16 ans) et Raeli (14 ans), qui (tout comme Simon, aujourd’hui absent) se trouvaient dans la salle voisine. « On a entendu une fille qui criait, on est sorti, on a vu le feu sur les tables », se souvient Raeli. Palacio a saisi un extincteur et Raeli la lance à eau.  « D’abord on a un peu paniqué et puis, par réflexe, on est allé aider le professeur. Naturellement. » Ils méritaient bien les honneurs présidentiels.



"J'ai voulu aussi rendre hommage aux 5 élèves qui ont fait preuve d'un courage peu commun pour aider leurs camarades. 
Ils démontrent à tous que la jeunesse calédonienne possède les ressources et les valeurs exigées de citoyens responsables. Cette jeunesse pourtant majoritaire dont on parle moins !"
Dit Philippe Germain , Président du Gouvernement

Des jeunes cités en exemple :  Jules Garnier à l'honneur.




Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte