Connectez-vous

Bonjour, ma réaction suite au journal NC1 concernant la protection du marché de la croquette locale :

Jeudi 1 Décembre 2016

Monsieur Blanc défend ses investissements et veut protéger sa masse salariale et bien sur développer son mono produit donc il faut l’aider.



Bonjour, ma réaction suite au journal NC1 concernant la protection du marché de la croquette locale :


-    A peu prés 200 000 000 frs investis dont plus ou moins 15% d’apport de fond propres….avantages de la défiscalisation mais aucune réaction de l’autre entreprise locale 
-    Au vues l’entreprise comporte plus ou moins 3 ou 4 personnes
-    On traite un mono produit avec une seule base de farine 
-    L’unité de production est ouverte aux vents et il y fait chaud, un manque d’hygiène flagrante, et ouverte aux poussières et microbes
-    On travail pratiquement en tenue très légère…….et avec beaucoup de sueur, aucune protection sanitaire, bonnet, gants, blouse, masque …….
-    Ou est le local pour les préparations de la base pour les différents âges des chiens ?
-    Y a t’il des aromes ajoutés et lesquels ?
-    Y a t’il un diététicien diplomé pour gérer les dosages en légumes et autres composants afin d’assurer le bon équilibre digestif de nos amis les chiens ?
-    Monsieur Blanc est il capable de manger son propre produit sorti de son laboratoire ?

Donc il faut aider Monsieur Blanc à résoudre tout cela….ce ne sont bien sur pas des problèmes car il y a des solutions :

- Aider financièrement l’entreprise suite à un audit établi par une structure compétente
-    Aider sous forme d’accompagnement la bonne marche et suivi sanitaire de l’entreprise
-    Aider l’entreprise à se structurer en productivité et commercialement avec un organigramme adapté a ses besoins
-    Aider l’entreprise à se développer en ouvrant d’autres gammes de produits en les travaillant en largeur et en profondeur.

Au bout de 6/12 mois établir un deuxième audit et à ce moment en fonction des progrès réalisés et aux vues de l’évolution du marché, établir au prorata de sa faisabilité une forme de protection d’assistance à cette d’entreprise.

Il faut aussi considérer que le lendemain du terme des échéances de la défiscalisation, l’entreprise est libre d’être cédée a fort prix…..je pense que Monsieur Blanc est capable d’accepter avec l’aide des structures définies ci dessues un moratoire de 10 ou 15 ans de non vente de son entreprise.

La protection du marché local passe par une morale déontologique et nous propriétaires d’animaux de compagnie sommes très attentifs aux passes droits donnés par le passé aux détriments de la qualité.

Cordialement,

Pascal Bornet

Source FB Pascal Bonnet



Les communiqués "Société" | Les archives Société | Communiqués Entreprises | Les videos | Les archives | Interview Découverte