Connectez-vous

Au chevet des récifs coralliens

Lundi 25 Septembre 2017

La Nouvelle-Calédonie accueille la 11e réunion du comité national de l'Initiative française pour les récifs coralliens (IFRECOR). Les travaux, qui se sont ouverts à la Communauté du Pacifique (CPS) le 18 septembre, se poursuivront à Deva jusqu’à vendredi.





Cette semaine, et pour la deuxième fois depuis la création de l’IFRECOR, la Nouvelle-Calédonie accueille la réunion de son comité national. « Un hommage à nos ambitions de préservation et de valorisation de notre environnement marin exceptionnel », a déclaré le président du gouvernement Philippe Germain, lors de l’ouverture de cette rencontre.

Travaux, tables-rondes et débats sur les récifs coralliens français se succéderont pendant une semaine, à Nouméa, puis à Deva, à travers les prismes du changement climatique et de la coopération régionale.

Préserver et valoriser

Avec près de 50 000 km² classés en réserve marine d’ici à la fin de l’année prochaine, la Nouvelle-Calédonie s’est engagée dans une politique ambitieuse. « Nous avons conscience d’être dépositaires du tiers des récifs pristines (vierges) de la planète, et nous entendons exercer pleinement nos responsabilités devant l’humanité », a souligné Philippe Germain.

Un patrimoine que la Calédonie entend bien préserver et dont elle veut « faire son avenir » en le valorisant. Le poids des récifs coralliens dans l’économie est en effet estimé par l’IFRECOR à 155 milliards de francs pour l’outre-mer, dont 23 à 38 milliards de francs pour la Nouvelle-Calédonie.

« Un long chemin reste à parcourir et de nombreux obstacles nous attendent - réchauffement climatique, caprices de la nature, obscurantisme… - rendant l’action de  l’IFRECOR plus que jamais nécessaire », a conclu Philippe Gomès, député de la Nouvelle-Calédonie et administrateur de l’IFRECOR.

Source gouvernement



Environnement | Les videos | Les archives