Connectez-vous

Ataï : un projet démesuré pour Gaël Yanno, Président du Congrès

Mardi 24 Mars 2015

Communiqué de presse Président du Congrès
« Comité mémoriel Ataï »
Comme d’autres institutions et à l’initiative du Sénat coutumier, le président du Congrès avait été invité fin 2014, à la constitution d’un « comité de réhabilitation mémorielle du grand chef Atai ».




Après les premières réunions exploratoires, la réunion constitutive officielle de ce comité s’est tenue le mercredi 18 mars à la mairie de La Foa. Il ressort des différents échanges que le projet du Sénat coutumier serait double :
1/ Aménager un site, attribuer pour la construction d’un « mausolée à la mémoire du grand chef Atai », d’un « musée de la colonisation » et d’un « monument à la citoyenneté », dont le coût prévisionnel total est évalué par la « Fondation Atai » à 580 millions de XPF.
Le Sénat coutumier propose que son financement soit partagé entre l’Etat, la Nouvelle- Calédonie, les provinces et les communes de la région ;
2/ Permettre à terme « le retour et l’installation sur leurs terres ancestrales, de tous les clans originaires de la vallée, spoliés de leurs terres et exilés après la révolte de 1878, sur la base d’un programme de restitution foncière quinquennal, avec le concours financier de l’Etat Français ».
Si l’on peut comprendre que les responsables coutumiers et les descendants d’Atai souhaitent donner une sépulture décente au grand chef, je regrette qu’y soit associée « la reconquête des espaces coutumiers confisqués et la restitution des terres spoliées », des revendications qui n’ont plus leur place depuis la signature des accords de Matignon.
En tant que président du Congrès, première institution de la Nouvelle-Calédonie qui représente l’ensemble des calédoniens dans leur diversité, je reconnais et salue le processus de réconciliation effectué entre clans, mais je ne peux approuver ce projet dans sa forme actuelle car sous l’apparence d’un « projet Pays » consensuel, il traduit la volonté d’utiliser des fonds publics importants dans le but de satisfaire une revendication politique partisane en faisant du grand chef Ataï « un héros national reconnu par tous les calédoniens ».
En outre, dans le contexte budgétaire actuel, ce projet, me paraît démesuré.

FLG/Congrès



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune