Connectez-vous

Après le comité des signataires, un comité technique plus apaisé

Lundi 6 Octobre 2014

Si la séquence très politique et protocolaire de ce 12ème comité des signataires est terminée, place ce samedi soir (heure de Nouméa) au comité technique. Une réunion élargie qui permet chaque année aux acteurs calédoniens de soumettre leurs doléances à l’Etat en matière de vie quotidienne.
Après les grandes questions d’avenir lors du Comité des Signataires…retour aux préoccupations du quotidien avec le Comité technique. Rue Oudinot, ce samedi, l’ambiance était cette fois très détendue, même si les sujets abordés peuvent paraître parfois très complexes.



© LÉIA SANTACROCE LA 1ÈRE
© LÉIA SANTACROCE LA 1ÈRE
 
Une large partie des discussions devrait être consacrée aux problématiques de sécurité. Ce sera l’occasion pour l’Etat de répondre à la lettre commune des partenaires – en tout cas sur ce sujet – du Contrat de Gouvernance Solidaire, qui interpellait l’Etat la semaine dernière sur l’inacceptable situation de Saint-Louis. La député-maire de Nouméa, Sonia Lagarde, plaidera pour sa part auprès de l’Etat pour l’installation d’un commissariat à Tindu. Sur cette même thématique, devrait également s’engager les discussions sur la construction d’un centre éducatif fermé : quel projet ... et avec quels financements ?
L’Etat devrait lui confirmer un certains nombre d’engagements : les crédits pour les lycées du Mont-Dore et de Pouembout, soit 11 milliards CFP, l’antenne pénitentiaire en Province Nord prévue pour 2018. La poursuite des négociations pour l’alignement des tarifs bancaires calédoniens sur ceux de la Métropole seront aussi à l’ordre du jour, ainsi que la question centrale des contrats de développement. Le Premier ministre a déjà annoncé, vendredi lors du comité des Signataires, que l’Etat continuerait de soutenir la Calédonie en conservant le même niveau de crédit soit, 48 milliards de francs pour 2016 – 2020.
Autant de sujets qui globalement font l'unanimité chez les partenaires calédoniens, ce qui augure d’une journée beaucoup plus apaisée que la précédente.  

La réunion technique qui s’est tenue,dans la nuit de samedi à dimanche (heure de Nouméa) au ministère des Outre-mer , a donc clôturé la séquence du 12ème comité des signataires. Quatre heures d’échanges entre élus Calédoniens et techniciens de l’Etat pour faire progresser la mise en œuvre concrète des transferts de compétence mais aussi la vie quotidienne des Calédoniens. Ce comité technique fut, comme à chaque fois, l’occasion pour les élus locaux de faire valoir leurs préoccupations relevant directement de leur mandat : le financement du logement social par exemple, pour le président de la Province Sud ou de la mise en application concrète de l’Accord de Nouméa. "Un moment d’échange privilégié avec les techniciens des ministères" selon Philippe Blaise de l’UCF.
En matière de transfert de compétences, l’UNI a demandé que soit engagé le transfert de la dernière compétence hors article 27, prévu par la loi organique, à savoir celui de l’ADRAF, l’Agence de Développement Rural et de l'Aménagement Foncier.
Il a également été décidé de mettre en place une veille juridique du droit métropolitain afin de faire évoluer certaines compétences, tel que le droit civil et commercial, acquises par la Calédonie mais figées dans les faits.
Reste que cette réunion laisse certains participants circonspects, faute d’une réelle mise en œuvre des résolutions prises par les précédents comités du genre. C’est notamment le sentiment de Virginie Ruffenacht, du Front Pour l’Unité.
L’Etat s’est d'ailleurs engagé à établir un procès verbal officiel, histoire de laisser une trace des engagements pris ce samedi 4 octobre.
 

FLG/NC1ère Angélique Souche et GLB



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune