Connectez-vous

Alain Christnacht clarifie la liste des membres de la mission institutionnelle

Lundi 8 Décembre 2014

"Contrairement à ce que Les Nouvelles calédoniennes, qui avaient reçu une information partielle, ont écrit, la mission institutionnelle comprendra quatre membres de plus et non deux et il y a aussi une mission sur le nickel, indépendante mais avec laquelle nous travaillerons."



"1°) Pour la mission institutionnelle, ont accepté de travailler avec Jean-François Merle et moi : 
- Yves Dassonville, ancien préfet de région, ancien haut-commissaire ;
- Régis Fraisse, conseiller d'Etat, ancien président du tribunal administratif de Nouméa, ancien secrétaire général adjoint du Conseil constitutionnel ;
- François Garde, vice-président du tribunal administratif de Grenoble, par ailleurs romancier de talent !
- Benoît Lombrière, directeur général adjoint d'Eurodom, ancien conseiller à la présidence de la République (adjoint de M. Biancarelli sous la présidence de N. Sarkozy).
De même que Jean-François Merle et moi n'avions pas été choisis selon un critère politique mais parce que nous avions été associés aux Accords de Matignon et à l'Accord de Nouméa, de même ces quatre personnes n'ont pas été choisies en fonction de critères politiques mais pour leur parfaite connaissance de la NC et les contacts confiants qu'elles ont noués avec la plupart de ses responsables. On n'a pas recherché un équilibre gauche/droite ou au sein de la droite entre ses divers composantes !
Il s'agit de rassembler des hommes (pas de femmes, malheureusement ...) de bonne volonté, connaissant la NC? pour contribuer à l'émergence du dialogue entre les Calédoniens, pas pour imposer une solution mais pour aider à ce qu'elle apparaisse, comme le Président Hollande l'a rappelé. C'est d'ailleurs une tradition que ce rassemblement des compétences au-delà des fidélités ou des appartenances partisanes. Pour ce qui me concerne, j'avais eu de multiples contacts entre 2002 et 2012 avec les collaborateurs des ministres de l'outre-mer et ceux du Président Sarkozy, à leur demande. 
Il a toujours été envisagé de compléter la mission, avant même la polémique artificielle qu'elle a suscitée. Simplement, il fallait trouver les modalités adéquates, avec des personnalités aux occupations diverses, pas toutes désireuses d'être en toute première ligne. 
2°) Par ailleurs, M. Michel Colin a reçu une mission du Premier ministre sur le nickel. Michel Colin avait participé de près à la négociation de l'Accord de Bercy, préalable à l'Accord de Nouméa et à celui sur la constitution de la STCPI, en tant que conseiller de D. Strauss-Kahn et directeur de cabinet de M. Pierret, alors secrétaire d'Etat à l'industrie. Il vient de recevoir de nouvelles responsabilités dans le domaine financier et industriel en tant que président-directeur général de BPI Groupe. Cette mission est distincte de la mission institutionnelle mais nous nous concerterons." AC

FLG/AC



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune