Connectez-vous

8 ans de protection des lagons de Nouvelle-Calédonie inscrits au patrimoine mondial de l’humanité

Lundi 11 Juillet 2016

8 juillet 2008, la Nouvelle-Calédonie entre dans le cercle très fermé des sites naturels inscrits au patrimoine mondial par l’UNESCO. En province Sud, deux sites sont inscrits, la Zone Côtières Ouest (ZCO) et le Grand Lagon Sud (GLS) ; sites sur lesquels la Province met en œuvre des actions de protection et de valorisation, en partenariat avec les acteurs du territoire.




Les Six sites répartis sur l’ensemble du territoire de la Nouvelle-Calédonie, inscrits au patrimoine mondial, représentent la diversité des récifs coralliens et des écosystèmes associés du territoire. Cette inscription traduit la reconnaissance internationale de la  valeur et de la richesse de la biodiversité des récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie, mais également de leur beauté.

La province Sud en action

La province Sud met en œuvre des actions de protection et de valorisation de ses deux sites inscrits, en partenariat avec les acteurs du territoire (collectivités, coutumiers, associations de protection de l’environnement, scolaire…). Elle œuvre en concertation avec les comités de gestion, associations environnementales : quatre comités de gestion ont été créés afin de participer à la gestion des sites (Zone Côtière Ouest, ZCO, ile des Pins, Ile Ouen et Goro).

En 2015, elle a ainsi accompagné le comité de gestion de la ZCO pour le recrutement d’un ingénieur qui coordonne les actions mises en œuvre. Une réunion d’information sur l’érosion liée au changement climatique a été organisée par la  Direction de l’Environnement de la province Sud, en partenariat avec l’Université de la Nouvelle-Calédonie et le Gouvernement pour le Grand Lagon Sud. Les membres du comité de gestion de l’ile Ouen ont pu être formés au suivi de l’évolution du trait de côte, étape importante pour définir les aménagements nécessaires pour lutter contre certains effets du changement climatique. La Direction de l’Environnement est également intervenue auprès des gendarmes de la brigade territoriale de l’ile des Pins pour leur présenter les enjeux de protection de la biodiversité sur cette ile.

Des suivis encourageants

La province Sud travaille avec l’Université de Nouvelle-Calédonie pour assurer le suivi de l’état du bien. Ces suivis permettent de définir l’état de santé des récifs coralliens.  Un recrutement important de jeunes poissons et des coraux en meilleurs santé ont été observés dans les zones protégées. Ces inventaires sont les signes du succès des mesures de gestion et de protection mises en œuvre par la province Sud et ses partenaires.

Des fonds pour garantir la protection du bien inscrit

La province Sud finance sur fonds propres, la gestion des deux parcs provinciaux : aménagements de zone d’accueil du public, panneaux d’information et de sensibilisation, mise en défense de zone de reproduction d’espèces protégées, lutte contre les espèces envahissantes, contrôle de police… représentent plusieurs centaines de millions de francs chaque année.

Depuis 2015, elle bénéficie d’un financement de l’union européenne via le programme INTEGRE afin de réaliser des actions comme la lutte contre le pinus à l’ile Ouen, l’évaluation de l’impact du tourisme sur l’environnement de l’ile des pins ou la mise en place de la fête de la science à l’ile des Pins.

Par ailleurs, le conservatoire d’espaces naturels assure la coordination des actions menées par l’ensemble des provinces pour le maintien de l’intégrité du bien en série inscrit au patrimoine mondial. Il coordonne aussi les actions de promotion du bien inscrit auprès des touristes : cette année, « mon nom est lagon », vidéo de promotion du site, a été diffusée pour la première fois.

Source Province Sud



Environnement | Les videos | Les archives