Connectez-vous

1ère déclaration de Philippe Germain : « Un gouvernement en ordre de marche »

Mercredi 1 Avril 2015

Communiqué du Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie élu le 31 décembre 2014 par le Congrès est entré en fonction ce jour après l’élection de son Président et de son Vice-président.
Une situation inédite sous l’Accord de Nouméa vient - enfin - de trouver son dénouement.
En effet, pour la première fois depuis 1999, le Vice-président du gouvernement n’avait pu être élu lors de l’installation de l’exécutif, au lendemain des élections provinciales de mai 2014, faute d’accord entre les formations indépendantistes.



1ère déclaration de Philippe Germain : « Un gouvernement en ordre de marche »

C’est désormais chose faite, en la personne de Jean-Louis d’Anglebermes, jusqu’alors membre du gouvernement chargé du secteur du travail, de l’emploi, du dialogue social et de la formation professionnelle (également membre du gouvernement de juin 2009 à février 2011 en charge de l’agriculture). Jean-Louis d’Anglebermes (Union Calédonienne), seul candidat, a rassemblé 7 voix sur 8 suffrages exprimés. Les autres membres du gouvernement (Madame Backes et Messieurs Deladrière et Tyuienon) n’ayant pas participé à l’élection.
En ce qui me concerne, j’ai été élu Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie par 6 voix sur 8 suffrages exprimés. Le vote des élus indépendantistes en ma faveur ne résulte pas d’un quelconque « troc », auquel Calédonie Ensemble s’est toujours opposé. Il doit être analysé comme un « acte citoyen – accompli dans le respect des convictions de chacun» et destiné à débloquer le fonctionnement des institutions en portant à la présidence le candidat issu de la formation politique arrivée en tête lors des élections provinciales.
C’est le sens également du communiqué du FNLKS qui considère « inacceptable un tel immobilisme qui impacte fortement la mise en œuvre pleine et entière de l’Accord de Nouméa » et qui décide « sans aucune contrepartie » de « prendre l’initiative de mettre en place un gouvernement opérationnel »
Ce sont donc désormais les deux premières formations politiques du pays (Calédonie Ensemble 28 000 voix, 15 élus au Congrès et l’Union Calédonienne 20 000 voix, et 15 élus au Congrès – groupe UC/FLNKS et nationalistes) qui assument la direction de l’exécutif de la Nouvelle-Calédonie.
1
J’exercerai mes fonctions dans le strict respect de l’Accord de Nouméa et notamment de ses principes de collégialité et de recherche de consensus au-delà de ce qui peut nous opposer, les uns ou les autres, sur l’avenir du pays.
Après plus de 100 jours d’immobilisme, le gouvernement est désormais en ordre de marche. Je proposerai, dès la fin de la semaine, que la répartition des portefeuilles entre les membres de l’institution soit délibérée. Je prendrai également l’attache, dès demain, du Président du Congrès, afin d’arrêter la date à laquelle je prononcerai, au nom du gouvernement collégial, la déclaration de politique générale.
Il n’y a plus de temps à perdre.
Il nous faut poursuivre la mise en œuvre de l’Accord de Nouméa.
Il nous faut restaurer la confiance entre les responsables politiques du pays et les Calédoniens, notamment avec notre jeunesse.
Il nous faut mettre en œuvre les réformes économiques et sociales dont nous avons plus que jamais besoin.
Il nous faut répondre aux attentes des forces vives de notre pays, plus particulièrement des acteurs économiques et des partenaires sociaux.
Ma porte est ouverte. Quelles que soient nos divergences, nous devons continuer à œuvrer ensemble, dans l’intérêt général de notre pays, pour faire de cette dernière mandature de l’Accord de Nouméa un temps utile pour la construction du destin commun.
Je vous remercie.

FLG/Gouvernement de la NC//



Politique | Les videos | Les archives | Les listes par commune